En Formule 1, le pilote Sergio Perez a été dépisté positif au Coronavirus s’avérant ainsi comme le premier touché par la pandémie en cours dans un paddock d’un championnat du monde des sports mécaniques. Une situation redoutée, puisqu’il en va simplement de la survie d’un milieu qui s’est astreint à mettre en place un strict protocole sanitaire pour se préserver. C’est le cas du MotoGP et aussi du WSBK. Cette dernière catégorie a dû prendre des mesures radicales de prévention en excluant un team qui s’est affranchi des règles établies. Le directeur général Gregorio Lavilla revient sur cette décision et la justifie.

Il faut que tout le monde en soit convaincu : dans ce monde d’après, on ne badine pas avec le protocole sanitaire. Car un écart individuel peut mettre en péril l‘ensemble. Il ne peut donc y avoir d’indulgence et le team 2R Racing est tristement sorti de son anonymat en se révélant comme la première équipe exclue du paddock pour non-respect des règles Anti COVID maintenant en vigueur.

Gregorio Lavilla , le directeur général du WSBK explique : « il existe un protocole précis et détaillé que les équipes ont signé avant le redémarrage de la saison et qui doit être strictement respecté » a commencé l’Espagnol sur GPOne. « L’un des points concerne la discussion relative à l’utilisation obligatoire des masques, puis il y a est celle liée à la distanciation et à l’administration des aliments. Les équipes d’usine peuvent apporter la logistique et les petites équipes peuvent s’appuyer sur elles. L’un des points concernant les repas est l’interdiction absolue, j’insiste sur l’interdiction absolue, de faire des buffets dans le paddock ».

Le team expulsé répond

« En plus de ne pas utiliser le masque de sécurité approprié, l’équipe 2R a organisé le buffet dans sa propre structure, à tel point qu’un rassemblement a été créé, ne respectant pas ce qui était écrit dans le protocole. Une grave violation. Le comportement de 2R a mis en péril tous les efforts que Dorna a faits pour relancer le Championnat et surtout mis en péril la santé des gens, ce qui vaut plus que toute autre chose. En raison de ce comportement, l’équipe est hors du championnat » ajoute l’ancien pilote Suzuki WSBK.

« L’équipe a reconnu l’erreur, j’ai aussi apprécié son mea culpa, à tel point que nous travaillons une solution pour les deux pilotes afin qu’ils puissent être au départ du week-end de Portimao avec une autre structure. Ce que je regrette le plus dans cette histoire, c’est que ce n’était pas une insouciance, mais une grave erreur avec la conscience de ce qu’ils faisaient. Je comprends qu’il n’est pas facile de travailler avec le masque et de bouleverser la dynamique à laquelle nous étions habitués, mais nous ne pouvons pas nous permettre de jouer avec la vie des gens ».

Gregorio Lavilla termine : « il n’y avait pas d’autre solution que l’exclusion puisque le comportement allait au-delà des règles de prévention établies dans le protocole signé par les équipes. Ces derniers mois, nous avons tous travaillé dur pour redémarrer le paddock et de telles situations ne sont pas admissibles ».

De son côté le team expulsé a commenté : « nous avons signé et accepté le règlement, donc si nous nous trompons, nous devons être sanctionnés, mais l’exclusion du championnat semble excessive. J’ai parlé à Gregorio Lavilla en personne, admettant mon erreur et montrant ma volonté de payer une amende, mais nous avons été expulsés avec effet immédiat ». Et il termine : “j’ai vu de mes propres yeux des hommes Dorna sortir des bureaux sans masque contre la chaleur: on sait qu’il faut faire attention, mais cette exclusion est vraiment très lourde ».