Le championnat WSBK jouera son grand final en Indonésie sur l’inédit et tout neuf tracé de Mandalika. C’est à l’issue de cet ultime meeting de la saison, le 21 novembre, que l’on connaitra le nom du Champion du Monde. 30 points séparent le pilote Yamaha Razgatlioglu du tenant du titre depuis six ans et officiel Kawasaki Jonathan Rea. Ce dernier n’est pas dans une posture favorable, mais au vu de la qualité du dernier combat livré en Argentine, on a compris qu’il ne tomberait qu’avec les armes à la main. Cependant, il y a plus de probabilités de perdre que de gagner et il faudra faire les comptes en fin de partie. En fait, l’inventaire a déjà commencé chez les verts puisque Guim Roda, Team Manager du Kawasaki Racing Team WorldSBK vient de prendre sa part de responsabilité.

La dernière bataille est encore à jouer, mais chez Kawasaki, on s’excuse déjà auprès de son pilote Jonathan Rea. Ce dernier avait, et encore lors de la dernière manche en Argentine, égratigné son équipe coupable d’une certaine inertie face à la furia Yamaha boosté par son martial turc. Mais voilà que son patron donne du sens aux reproches de l’Irlandais du Nord qui reçoit même des excuses officielles…

Sur le site officiel de la catégorie, Guim Roda, Team Manager du Kawasaki Racing Team WorldSBK, a d’abord admis qu’il ne sera pas facile de combler l’écart avec le leader Razgatlioglu : « 30 points, ce n’est pas facile, mais en course, tout peut arriver. Notre objectif est de continuer à attaquer et d’espérer que les autres pilotes deviennent compétitifs aussi. Il y a beaucoup de combats à mener. Scott Redding est très fort, il y a de jeunes pilotes qui arrivent, Alex Lowes sera à 100 % en Indonésie. Beaucoup de choses peuvent arriver, alors nous verrons bien. »

Conception spéciale pour Jonathan Rea

Kawasaki : en se battant avec Razgatlioglu en Argentine, Rea a eu une révélation

Mais il ne s’en tient pas à ce constat. Il fait aussi carrément des excuses : « je pense que nous avons beaucoup souffert d’un manque de confiance en nous du côté de l’équipe et, honnêtement, nous n’avons pas travaillé à 100 % dans certaines courses cette année et cela conditionne la fin. Je dois dire que je suis désolé pour Johnny parce que c’est un grand pilote. Vous continuez toujours à apprendre. Yamaha et Toprak font du bon travail, c’est un bon pilote avec qui se battre. Redding a fait du très bon travail. Nous devons juste essayer de comprendre à quel point nous pouvons toujours utiliser tout notre potentiel ».

De son côté, Jonathan Rea a donné ce sentiment au sujet de cette finale indonésienne : « nous avons besoin d’un week-end propre, mais bien sûr, Toprak est dans une bien meilleure position car il est devant et n’a pas à rattraper son retard. De plus, il se porte très bien en ce moment. Nous ne pouvons que faire de notre mieux, nous concentrer sur notre travail et apprendre des erreurs que j’ai commises cette année ».

Rea termine en signalant que Toprak n’était pas invincible : « il a failli tomber deux fois au virage 12 dimanche en Argentine lorsque sa roue avant s’est bloquée. Comme moi, il pousse complètement à la limite et on peut dire quand il dépasse, car il freine toujours très tard », a déclaré le pilote de 34 ans. « Ce n’est que lorsque je me suis battu contre lui que j’ai compris son approche mentale de la course. Je me sentais beaucoup plus à l’aise, je pouvais respirer profondément de temps en temps ». Une révélation qui arrive peu tard peut-être.

Jonathan Rea doit gagner 30 points en trois courses sur Razgatlioglu



Tous les articles sur les Pilotes : Jonathan Rea