Toprak Razgatlioglu est sorti troisième de la bataille de chiffonniers qui l’a opposé, lors de la troisième et dernière course de Superbike en Argentine, à Redding et à Rea. Ces deux derniers, comme dans un sursaut désespéré, ont très âprement combattu le solide Turc dans cette ultime manche dont le résultat permet à l’officiel Kawasaki de garder en vie ses espoirs de préserver sa couronne, pour une septième campagne consécutive. Le prochain round aura lieu en Indonésie, que le pilote d’usine Yamaha aborde dans une très bonne situation pour succéder sur les tablettes de son pays à son manager Kenan Sofuoglu.

Kenan Sofuoglu est le seul pilote turc à avoir été Champion du Monde dans une discipline moto. Mais son poulain Toprak Razgatlioglu est en passe de succéder au quintuple titré en Supersport avec une couronne en WSBK. Cela étant dit, il faudra aller le chercher ce titre et l’arracher des mains de Jonathan Rea qui a admirablement montré en Argentine, lors de la troisième course, qu’il tomberait seulement avec les armes à la main.

La joute a été superbe avec l’Irlandais du Nord, mais aussi Redding qui a gagné pour l’honneur, puisque, avec sa Ducati, il est maintenant mathématiquement hors-jeu pour la récompense suprême. Puisque l’on parle de comptabilité, le leader du classement général Toprak Razgatlioglu avait 24 points d’avance en arrivant en Argentine sur le champion en titre Jonathan Rea. Après deux victoires et une troisième place à San Juan, il en a maintenant 30. 62 unités sont encore en jeu dans la finale en Indonésie qui aura lieu le troisième week-end de novembre. Le vainqueur dans la catégorie à 18 reprises a de bonnes chances de devenir le premier champion du monde turc de Superbike.

Toprak a mené des batailles à couper le souffle avec Rea et le futur vainqueur Scott Redding dans la première moitié de la course sur l’Autodromo Villicum, puis il a dû reculer. « Mon pneu arrière s’est beaucoup détérioré au début », a déclaré le numéro 1 de Yamaha sur Speedweek. « J’ai essayé de prendre la deuxième place dans les trois derniers tours, mais Johnny était aussi très fort dans la dernière partie. Ma roue avant a glissé à chaque virage, alors je me suis dit que la 3ème place était suffisante pour la journée. Pourtant, je suis heureux : je ne suis pas tombé et j’étais de retour sur le podium. Et j’ai obtenu de bons points pour le championnat ».

 

Razgatlioglu : “lorsque vous avez ces mouvements, freiner fort est très dangereux

« Pour la deuxième course principale, mon plan était de combattre Scott », précise Razgatlioglu. « Mais ça n’a pas été possible. Ma moto n’a pas bien tourné et il y a eu des vibrations. J’ai eu plus de difficultés avec ma moto qu’avec Scott et Johnny. La moto n’était pas facile à freiner non plus. Je ne sais pas si la moto s’est comportée différemment à cause du vent ou des conditions plus chaudes. Lorsque vous avez ces mouvements, freiner fort est très dangereux ».

« J’étais sur le point de remporter les trois courses pour la première fois, mais je n’en avais pas assez dans ma manche. Peut-être que cela fonctionnera en Indonésie ». Au passage, samedi, Toprak a réussi à devenir le premier pilote de l’histoire du Championnat du Monde Superbike à remporter une course le jour de son anniversaire. L’homme d’Alanya a maintenant 25 ans.

« Stoprak » Razgatlioglu

Superbike San Juan – Course 2 :

Crédit classement : WorldSBK.com

Image



Tous les articles sur les Pilotes : Toprak Razgatlioglu