De Paolo Gozzi / Corsedimoto.com

Âgé de 36 ans et originaire de Ravenne, Marco Melandri prendra sa retraite à la fin de l’année. Mais il reste encore six courses mondiales à courir.

Je serai encore plus motivé qu’avant

Marco Melandri prendra sa retraite à la fin de la saison. L’ancien champion du monde 250GP l’a annoncé lors d’une conférence de presse à Milan. Marco était également ému. Il terminera la saison du Superbike mondial, au cours de laquelle il concourra avec le GRT Yamaha. Il reste six manches (15 au total), la première ce week-end à Laguna Seca. Melandri prendra la piste comme d’habitude. « Mais je serai plus motivé qu’avant, maintenant que je me suis débarrassé de toutes les pensées que j’ai eues récemment. Je pars pour la Californie, je le dois à Yamaha qui m’a fait confiance et également à mon équipe. Je le dis maintenant parce que c’était juste que mes techniciens comprennent pourquoi je ne suis plus content de piloter une moto ».

Aucun regret

« Dans chaque conte de fées, il y a une union et une fin, je n’apprécie plus ce que je fais. Je suis sur la piste au plus haut niveau depuis plus de vingt ans, j’ai déjà beaucoup plus couru que je n’aurais pu le rêver. Au cours des dernières saisons, j’ai beaucoup souffert et j’ai dû recommencer à zéro à chaque fois. Et cela m’a finalement consumé. Je suis reparti plusieurs fois, surmontant de nombreux moments difficiles. Je ne pense pas que l’année prochaine j’aurai la force de recommencer à zéro. Au cours de ce parcours, j’ai trouvé beaucoup de gens qui m’aimaient, comme Alberto Vergani (le directeur, ndlr) avec qui la relation va bien au-delà de l’aspect professionnel ».

« De temps en temps, cette pensée a fait surface, par exemple en Thaïlande (au début de la saison, ndlr), mais elle s’est clairement manifestée lors de la course du samedi à Misano (humide, ndlr). Pendant la course, je me suis posé beaucoup de questions, et il n’est pas normal de poser des questions pendant la course. Je n’ai pas compris, puis à Donington, c’était très pénible. J’ai réalisé que quelque chose s’était cassé. Si je dois courir pour aller à 80%, je ne le fais pas. C’est un environnement qui m’a souvent déçu, mais le temps guérit tout ».

Je voudrais rester en moto

« Pendant de nombreuses années, j’ai vécu la même vie, tous les jours, tous les mois. Je me lève, vais m’entraîner et commence à penser à la course. Cela commence à me peser. J’aime faire du sport, mais, à partir de maintenant, je veux le faire pour le plaisir. Il y a des gens qui travaillent toute leur vie pour prendre leur retraite et en profiter, j’y arrive tôt, donc je me considère privilégié. À l’avenir, j’aimerais rester en moto, je n’exclue rien. Peut-être courir dans un championnat avec moins de stress. Peut-être en MotoE, ce qui est différent. Je pourrais aimer ça. Ou être un pilote d’essai, aider une équipe à résoudre des problèmes ».

Les souvenirs

« Les meilleurs moments de ma carrière sont la première course sur la grille à Suzuka en 1998. J’étais un enfant, je ne me rendais pas compte. Puis le titre remporté en 2002 avec une grande bataille finale contre Fonsi Nieto, puis la première victoire en MotoGP en Turquie et les dérives à Phillip Island qui, je pense, resteront ma marque. Des regrets ? J’ai toujours tout donné, peut-être quand j’étais jeune, j’étais un peu faible et j’ai fait quelques choix sans réfléchir, puis j’ai décidé que plus personne ne pourrait décider de mon bonheur. Les mois les plus durs ont été ceux de l’année 2012 où nous jouions le titre Superbike avec BMW et, en Allemagne, nous menions le championnat du monde lorsque le président a annoncé l’arrêt des activités pour l’année suivante. Là, pour la première fois j’ai subi un coup au mental ».

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

Photo couverture Marco Lanfranchi

Tous les articles sur les Pilotes : Marco Melandri

Tous les articles sur les Teams :