Né le 16 octobre 1996 à Alanya, Toprak a remporté ses deux premières courses en WSBK à Magny-Cours en 2019, sur une Kawasaki ZX-10RR de l’équipe Turkish Puccetti Racing. Son premier succès avait été de gagner le Championnat de Turquie 600 cm3 sur une Yamaha R6 en 2012, avant de terminer premier en 2015 du Championnat d’Europe Superstock 600 sur Kawasaki, remportant les 4 premières des 7 courses. Il précédait Michael Rinaldi, Federico Caricasulo et Augusto Fernández au classement final.

Depuis, Toprak a gagné 3 courses en mondial Superbike et est monté 17 fois sur le podium en 64 épreuves. Il a réalisé trois fois le tour le plus rapide et a marqué un total d’exactement 500 points depuis ses débuts en mondial SBK.

« Je n’ai vraiment compris que j’étais professionnel que l’année dernière, quand j’ai vraiment commencé à comprendre la moto. Jusqu’à la saison précédente, je me sentais comme une personne qui ne courait que pour le plaisir » a expliqué le Turc à Gianmaria Rosati de GPOne.com.

Puis cette année, pour sa première course sur Yamaha, il a gagné l’épreuve initiale du Championnat du Monde Superbike le 29 février, ce qui lui permettait ensuite de repartir de Phillip Island troisième du classement provisoire avec 34 points derrière Alex Lowes (51 points) et Scott Redding (39), mais devant le quintuple Champion du Monde Johnny Rea (32) et son nouveau coéquipier Michael van der Mark (31).

« Dans les jours qui ont précédé le week-end, je savais qu’il n’allait pas être facile de bien faire à Phillip Island, car je me débattais avec une situation complètement nouvelle, malgré des essais positifs. Je considérais la Course 1 comme très importante, et gagner immédiatement m’a donné beaucoup d’énergie et de sérénité. Mais il ne faut pas oublier que les courses en Australie sont complètement différentes de celles qui ont lieu partout ailleurs. »

Vous sentez-vous prêt à reprendre la saison ?

« Absolument. En Turquie, j’ai réussi à ne pas arrêter l’entraînement et j’ai fait quelques tours sur la piste de Kenan (Sofuoglu) tous les jours avec différents types de motos et de karts. »

« Évidemment, remonter sur ma R1 sera spécial et il faudra un certain temps pour se réajuster, mais d’un point de vue physique, l’entraînement avec Kenan m’aide beaucoup. Pour être honnête, plus que l’entraînement, ce sont les courses qui nous intéressent, puisque nous faisons beaucoup de tours à fond. »

Qui seront vos rivaux pour le titre ? Rea et Redding, ou y aura-t-il d’autres protagonistes ?

« Je pense que les top 5 en Superbike sont tous vraiment très rapides, et chacun a ses circuits préférés où il va encore mieux. À mon avis, Lowes et mon coéquipier van der Mark seront également en tête, mais il est trop tôt pour en être sûr, nous devons attendre les premières courses de la deuxième partie de la saison. »

En parlant de van der Mark, quelle est votre relation avec lui ?

« J’ai la chance de l’avoir comme coéquipier, surtout après plusieurs saisons passées comme pilote solitaire dans mon team. C’est un gars sympa et un coureur rapide. En Australie, nous avons combattu ensemble et c’était amusant, je pense qu’il peut vraiment bien faire au cours de la saison. »

Rea reste l’homme à battre. A-t-il un point faible pour que vous puissiez l’attaquer ?

« Difficile à dire, c’est un pilote rapide et régulier. Je pense qu’il a fait sa meilleure saison l’année dernière quand il a battu Bautista et Ducati. C’est un pilote qui attaque du premier au dernier tour. Il m’a aidé à quelques reprises au cours des années précédentes, et peut-être aurai-je encore besoin de temps pour le battre. »

Aviez-vous un pilote préféré quand vous étiez plus jeune ?

« Personne d’autre que Kenan. C’est vraiment utile de l’avoir comme entraîneur. En particulier l’année dernière quand il m’a vraiment aidé. Lors de certaines courses, je n’étais pas rapide et j’ai mis cela sur le compte de certains problèmes de moto, mais il m’a fait comprendre que le problème était mon esprit et non la moto, il m’a dit de ne penser qu’à la conduite. Je l’ai fait pour la première fois à Imola, et j’ai obtenu mon premier podium, alors j’ai continué de cette manière et les résultats sont arrivés. J’ai compris l’importance de l’esprit, et que les principaux problèmes d’un pilote sont précisément mentaux. »

Avec cette nouvelle mentalité, vous avez réussi à remporter votre première victoire en Superbike, à Magny-Cours.

« Exactement, et c’était un week-end spécial. Après la première séance d’essais libres sous la pluie, j’ai demandé à l’équipe de ne pas toucher à la moto, je voulais juste la piloter, et les choses se sont améliorées à chaque séance. »

Beaucoup prédisent que vous aurez un avenir en MotoGP. Quelle est votre opinion ?

« Normalement, mon rêve est de gagner le titre SBK. Une fois que j’aurai atteint cet objectif, je pourrai envisager d’arriver en MotoGP, mais mon rêve actuel est de devenir champion dans ce championnat WSBK. »

En MotoGP, vous avez déjà quelques fans, puisque Valentino Rossi a dit qu’il avait été impressionné par vos débuts en Australie.

« Rossi est une légende que j’ai toujours suivie, je suis donc très heureux qu’il ait une bonne opinion de moi. »

Photos © Yamaha



Tous les articles sur les Pilotes : Toprak Razgatlioglu