C’est un Jonathan Rea sans le moindre regret mais avec beaucoup de frustrations qui faisait le bilan de la première course du WSBK en Argentine. Une compétition qui a été une nouvelle défaite pour l’officiel Kawasaki face à un Toprak Razgatlioglu qui a posé un jalon de plus dans son glorieux chemin vers le titre mondial. L’Irlandais du Nord pressentait cette issue, ayant mis son employeur face à ses responsabilités techniques avant la course. Il en a remis une couche en se félicitant de la seule chose positive qu’il a trouvée sur sa ZX-10R ce samedi : sa livrée commémorative des 125 ans de la marque d’Akashi…

Jonathan Rea a ainsi commencé son résumé d’une première course à San Juan au terme de laquelle il a lâché cinq points supplémentaires sur son rival turc en Yamaha qui avance doucement mais surement vers le titre mondial : « parlons des choses positives : notre design pour ce samedi », a lancé Johnny inconsolable lors de la conférence. « Alpinestars et l’équipe ont fait un excellent travail, Arai m’a donné un casque différent pour la course. J’étais d’abord en colère parce que mes cuirs, mes bottes et mes gants allaient être trop serrés. J’aime quand les choses sont usées. J’ai donc fait en sorte que Biel Roda et Fabien Foret portent ma combinaison en cuir pour qu’ils puissent l’étirer ». Le design de Rea rappelait celui de la Kawasaki de Scott Russell dans l’AMA Superbike il y a 30 ans.

Jonathan Rea

Jonathan Rea : “je n’ai aucun regret, j’ai fait de mon mieux

Mais même ainsi mis à son aise dans son nouveau cuir suggérant l’ancien temps, Rea est resté impuissant face à Razgatlioglu. Le Turc a pris la tête dès le départ et a su s’aménager 5 bonnes secondes d’avance en 21 tours. Le pilote Yamaha a gagné pour la douzième fois dans cette saison de WSBK et a porté son avance au championnat sur Rea à 29 points : « son rythme était très rapide, j’étais à la limite », a déclaré le vaincu. « Il a su creuser l’écart, pour moi il s’agissait plutôt de consolider ma position. Je n’ai pas eu à penser à le défier, il était extraordinaire. Je dois le féliciter, lui et son équipe ont fait un excellent travail ».

Rea avait raté 30 des 45 minutes de la FP2 après une chute vendredi et n’a donc pas pu faire un long run avec le pneu arrière soft SCX pendant la séance d’essais. Mais il répond sèchement à cette remarque afin d’écarter sa part de responsabilité dans ce résultat : « cela n’aurait rien changé au résultat. Mais j’aurais été beaucoup plus fort. Nous avons dû apporter de gros changements aux réglages, même entre la Superpole et la course. Si nous apprenons de cette course, nous pourrons être plus proches, dimanche. Honnêtement, je n’ai aucun regret, j’ai fait de mon mieux ». Et Kawasaki ?

SBK, Rea : « Si la course 2 était maintenant, je ne serais pas proche de Toprak »

Superbike San Juan – Course 1 :



Tous les articles sur les Pilotes : Jonathan Rea