Le trio du championnat Redding, Rea et Razgatlioglu nous a offert du grand spectacle lors de la dernière manche du meeting argentin de Superbike. Les deux britanniques ont tout donné pour contrarier la marche forcée du turc vers son premier titre mondial, et ils ont réussi dans leur entreprise en se transcendant. L’officiel Kawasaki a certes lâché encore des points à son grand rival sur la Yamaha, mais cette dernière joute a montré que l’on pouvait aussi être grand dans une défaite qui s’annonce néanmoins…

Jonathan Rea a 30 points de retards au championnat sur un Razgatlioglu qui n’est plus qu’à trois courses d’un sacre possible. Son entrée dans l’histoire s’annonce en Indonésie, qui offre 62 unités à prendre. Cela étant dit, ce que l’on retiendra à l’heure du bilan, et en attendant le scénario qu’offrira Mandalika, c’est ce que cette dernière course argentine nous a donné. La bataille a été superbe et sans le moindre coup bas ni maladresse. Du grand art.

Si on attendait Redding à pareille fête face à Razgatlioglu, il n’en était pas exactement de même pour Rea qui subissait la piste de San Juan depuis le vendredi. Mais l’Irlandais du Nord a lancé ses dernières forces dans la der, révélant tout son talent et son caractère. « Samedi, nous n’avions absolument aucune traction à l’arrière, surtout dans les premiers tours. Avant la deuxième course principale, nous avons trouvé quelque chose qui fonctionnait mieux et qui générait beaucoup plus d’adhérence sur le pneu arrière. Dans le tour de chauffe, j’ai remarqué que je pouvais faire du bon travail en course » a commenté l’officiel Kawasaki. « Malheureusement, le rythme a été quelque peu perturbé en milieu de course car le rythme de la course n’était pas particulièrement bon ».

« Lorsque Scott a dépassé Toprak, il a réussi à créer un écart et cela signifiait que je ne pouvais pas suivre Scott. Sans le sillage sur la ligne droite, il n’était pas possible de réduire à nouveau la distance » regrette-t-il. Mais il poursuit : « je me suis ensuite concentré sur le combat avec Toprak. J’ai pu voir qu’il n’était pas aussi bien dans les virages et qu’il avait quelques problèmes avec le pneu avant. Mais c’était très frustrant de voir Toprak repasser » reconnait le pilote de 34 ans. « Le moment le plus facile pour dépasser est dans la ligne droite. Nous sommes très faibles en accélération et en vitesse de pointe. Le fait que nous y étions encore et encore montre que nous sommes très bien positionnés dans d’autres domaines ».

Rea : “finir devant Toprak Razgatlioglu c’est très agréable

Il termine au sujet de sa course : « j’ai consolidé ma position dans les derniers tours et contrôlé l’avance sur Toprak. Je suis content du résultat, je suis beaucoup plus content des bonnes sensations sur la moto. J’espère que nous pourrons emporter ces bons points avec nous jusqu’à la finale ».

« C’est toujours agréable de finir devant ses adversaires, surtout lors de la dernière course du week-end » ajoute le sextuple titré. « C’est toujours épuisant quand on rentre chez soi et qu’on vient de se faire battre par son rival ». Puis il conclut : « c’était une belle bagarre sur la piste et puis finir devant lui, c’est très agréable. Nous n’avons commis aucune erreur et l’équipe a fait du bon travail ». Rendez-vous en Indonésie pour la grande finale, sur un tracé de Mandalika que personne ne connait…

Image

Superbike San Juan – Course 2 :

Crédit classement : WorldSBK.com



Tous les articles sur les Pilotes : Jonathan Rea