Remplacé par Loris Baz au sein du Team GoEleven à Jerez le weekend prochain, Chaz Davies, toujours blessé après s’être fracturé deux côtes lors d’une chute avec Lucas Mahias (Kawasaki Puccetti Racing) pendant la Course Tissot – Superpole à Barcelone, a annoncé aujourd’hui prendre sa retraite à la fin de la saison 2021.

Le Gallois a terminé vice-Champion WorldSBK à trois reprises en 2015, 2017 et 2018, et 3e à deux autres occasions. Il s’est régulièrement battu pour le titre tout au long de sa carrière. Le Britannique a également passé deux saisons complètes en WorldSSP et a coiffé la couronne en 2011 avec 50 points d’avance sur son plus proche rival.

Il a publié une très belle lettre sur les réseaux sociaux.

Chaz Davies : « J’aimerais annoncer que j’ai décidé d’arrêter ma carrière en WorldSBK.
Tout ce que j’ai connu est la compétition, donc prendre une telle décision n’est pas facile. Rester à l’écart de la compétition à plein temps à ce niveau demande d’être convaincu de cette décision. Néanmoins, je pense qu’il est temps de tourner la page et d’ouvrir un nouveau chapitre puisque, tôt ou tard, toutes les bonnes choses ont une fin.
Durant ma carrière en BSB, CEV, 125/250/MotoGP, AMA et WorldSBK, j’ai obtenu des résultats et une expérience de vie dont je n’aurais pas pu rêver quand ma famille et moi nous nous sommes embarqués pour la première fois dans cette aventure. Au long des 12 saisons passées dans ce paddock en particulier, je suis fier d’avoir représenté cinq constructeurs différents en créant les souvenirs les plus formidables en remportant un titre mondial en Supersport et quelques courses en WorldSBK sur quatre motos différentes.
Ce sport a été ma vie durant 27 ans et m’a tout apporté, y compris le meilleur et le pire, ce que seulement la compétition peut faire. Au long de ce parcours, j’ai rencontré énormément de personnes, dont de nombreuses sont aujourd’hui devenues des amis. J’ai eu la chance de travailler avec certaines des meilleures marques et des meilleurs cerveaux dans ce domaine. J’ai couru contre mes héros et j’aurais toujours le plus grand respect pour les concurrents à côté desquels je me suis aligné et qui m’ont motivé à repousser sans cesse mes propres limites. J’ai eu l’occasion de voyager dans des régions du globe dont le gamin de Presteine n’avait jamais entendu parler.
Bien que je éloigne d’une selle à plein temps en WorldSBK, je ne veux pas appeler cela une ” retraite ” et je continuerai à m’entraîner activement et à piloter des motos. J’adore ce sport et intérieurement je pense que je serai toujours le même fan que j’étais quand j’avais 10 ans. »