Les remerciements, les honneurs et les félicitations ont été rendus par Jonathan Rea à la fin de la dernière épreuve du mondial Superbike en Indonésie. Une échéance qui l’a contraint à lâcher son numéro qu’il arborait depuis six saisons consécutives pour retrouver son 65 des débuts et des temps de disette. Il faut maintenant faire le point en interne de ce qui reste une défaite face à une Yamaha. Et l’Irlandais du Nord le rappelle à son usine Kawasaki dont le WSBK est le seul programme international d’envergure, puisque les motos vertes ne sont pas en Grand Prix…  

Jonathan Rea a prévenu : il accepte de bonne grâce à retrouver son 65 et à céder couronne et sceptre en Superbike, mais il ne supportera cette situation que pour un intérim d’une saison. Dès 2022, il voudra retrouver son trône. Il ne pourra le faire que si Kawasaki travaille aussi sur sa copie. Et il y a des progrès à faire. D’ailleurs, le Britannique a livré aux ingénieurs d’Akashi son cahier de doléances avant même de quitter le site de Mandalika…

Le sextuple titré aux plus de 110 victoires dans la catégorie a ainsi commenté, après les hommages d’usage rendus à son adversaire Toprak Razgatlioglu : « je suis heureux d’aller me reposer mais mon objectif pour l’année prochaine sera toujours le même : apprendre de mes erreurs et améliorer la moto. Nous avons vraiment besoin de l’améliorer, Kawasaki doit élever le niveau. Quand ça marche bien, c’est l’une des motos les plus compétitives ».

Jonathan Rea met la pression sur Kawasaki

Kawasaki est donc appelé à se mobiliser encore un peu plus. Et Rea nous éclaire même sur les marges de progression : « il faut améliorer l’accélération et la vitesse. Les circuits où nous devions accélérer sur le premier rapport, comme Most et Navarra, étaient difficiles. Nous pouvions même perdre 3 dixièmes sur la ligne droite, et c’était un problème lorsque j’essayais de garder un bon rythme et de bons temps au tour ».

« Ce sont les principaux points sur lesquels nous devons nous concentrer. Il existe également d’autres domaines à améliorer. Du point de vue du moteur, nous travaillons dur avec les ingénieurs pour le tester déjà en décembre et l’évaluer » termine l’équipier d’un Alex Lowes qui doit, lui, se refaire une santé après trop de blessures subies sur un nombre de chutes conséquent. A Akashi pour le WSBK, il faudra autant travailler qu’à Iwata pour le MotoGP.

 



Tous les articles sur les Pilotes : Jonathan Rea