De / Corsedimoto.com

Andrea Dosoli, responsable des courses chez Yamaha Europe, parle des innovations techniques qui ont rapproché la YZF-R1 de la Ducati.

Comment Yamaha a-t-il comblé le fossé technique entre Ducati et Kawasaki? En Superbike à Jerez, Michael van der Mark a terminé vendredi à la deuxième place, avec des chronos impressionnants en vue de la course. Alex Lowes, Marco Melandri et Sandro Cortese ont également été forts avec la même R1. Ce n’est pas une coïncidence, mais le résultat d’un développement technique incessant. Yamaha a effectué des tests à Misano et a amené en Espagne ce qu’on a appelé un “nouveau réservoir”, mais c’est bien plus que cela.

Andrea Dosoli, responsable des courses chez Yamaha Europe, explique: « Beaucoup de fans se seront demandés pourquoi nous avons passé des mois à construire le réservoir que Marco Melandri nous avait demandé d’améliorer. En réalité, c’était un travail difficile, car nous avons non seulement repensé le réservoir, mais également la selle, c’est-à-dire toute l’infrastructure de la partie arrière de la moto qui abrite également un organe électronique décisif comme la plate-forme inertielle. Nous avons pu tout refaire sans changer le câblage, opération qui aurait nécessité encore plus de temps ».

Lowes et van der Mark ont ​​dit qu’ils n’en avaient pas besoin…

« Ici à Jerez, tous les pilotes Yamaha ont adopté ce nouveau composant. C’est-à-dire que même van der Mark, Lowes et Cortese ont radicalement changé leur position de conduite. Et tout le monde le considère maintenant comme meilleur. “

L’intuition de Melandri était donc décisive.

« Oui. Il vient du MotoGP et, comme d’autres coureurs venus de ce monde au Superbike, il a une sensibilité de conduite supérieure à celle de types comme van der Mark et Lowes, qui sont plutôt nés sportivement dans les dérivés de la série. Mais il y a plus… ».

Expliquez nous.

« Le modèle de développement que Yamaha a lancé commence à porter ses fruits. Tous nos pilotes sont impliqués, ils rapportent leurs besoins aux techniciens et nous avons donc une vue d’ensemble complète des besoins. Les données sont partagées, toutes nos équipes ne travaillent pas seules, mais elles ont un lien permanent avec les techniciens Yamaha qui travaillent sur le projet : motoristes, électroniciens, experts de la partie-cycle. C’est pratiquement un modèle similaire à celui utilisé par les grandes marques du MotoGP : les équipes satellites sont utilisées pour accumuler plus de données que celles collectées par le seul team factory ».

Pourquoi Loris Baz et Ten Kate n’ont-ils pas reçu les nouveaux composants ?

« Ils sont avec nous depuis peu de temps, c’est leur première sortie en 2019. Le programme technique a commencé en mai, donc tout le matériel était prêt jusque-là. De plus, l’équipe et le coureur sont en rodage, Jerez et les prochains 2-3 tours seront des tests. Ils ne travaillent pas sur des améliorations comme Crescent et GRT. Quand ils seront prêts, ils auront tout ».

Aurez-vous d’autres nouveautés lors des prochaines courses ?

« Nous travaillons sur quelques développements de moteurs, mais il faudra attendre encore un peu. Notre activité de développement est incessante. Le niveau technique du Superbike est très élevé, et nous travaillons dur ».

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

 

Tous les articles sur les Pilotes : Marco Melandri

Tous les articles sur les Teams :