Jonathan Rea, soit le sextuple Champion du Monde du WSBK, interpelle sur le nouveau règlement imposant dix jours de tests au maximum durant l’intersaison. Une initiative animée par la bonne intention de faire des économies. Mais avec l’annulation pour cause de météo exécrable des deux jours de test à Jerez cette semaine, il s’avère que c’est tout le contraire qui s’est passé. Les équipes se sont déplacées pour rien, ce qui est évidemment une perte pour tout le monde …

Il est des économies qui coûtent cher et c’est justement ce qui semble avoir été constaté par le WSBK cette semaine à Jerez. Les équipes ont roulé jusqu’au tracé espagnol qui a ensuite été le jouet des éléments. Résultat, personne ne s’est risqué sur la piste, par crainte de gaspiller une précieuse journée de test. Car dix seulement sont autorisées avant l’entame des hostilités.

Kawasaki, Ducati et Honda, ainsi que certaines équipes privées sont donc restées le bec dans l’eau, au sens propre comme au figuré. Les pilotes ont passé les deux jours d’essais en Andalousie dans leurs stands. Une situation qui n’a pas été du goût de Jonathan Rea qui s’est agacé contrer la nouvelle règle de l’intersaison. Son équipe Kawasaki avait organisé le test privé. « L’équipe, les pilotes, les employés et nos partenaires techniques se sont donné beaucoup de mal pour être là en cette étrange période », note-t-il.

Rea : “c’est un énorme gaspillage d’argent”

« Mais c’est ainsi. Avec les nouvelles règles, nous ne pouvons tester que dix jours de la fin de la saison dernière à la fin de cette année. C’est un énorme gaspillage d’argent. Nous sommes déjà là. Les règles sont la seule raison pour laquelle on ne pilote pas », se plaint l’Irlandais du Nord.

La nouvelle limite de test vise à réduire les coûts. Mais dans le cas du test de Jerez, seules les dépenses pour les pneus, le carburant et les autres consommables ont été économisées, car les équipes étaient déjà sur place avec leurs camions. Kawasaki a déjà décidé de réessayer dans une semaine.

Les tours sur piste mouillée n’auraient pas été productifs, selon Rea. « La piste n’était pas en parfait état. C’est pourquoi nous avons pris la décision très tôt afin que chacun puisse faire ses valises en paix et prendre son vol de retour pour retrouver sa famille », a déclaré l’officiel Kawasaki. Sur Motorsport-total.

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Jonathan Rea