Lors de cette conférence de presse post-course du Grand Prix d’Argentine qui réunissait également Maverick Vinales et Cal Crutchlow, Valentino Rossi a répondu avec plaisir aux questions des journalistes, tout à la joie de cette seconde place inattendue après des essais difficiles.

Comme à notre habitude, afin d’éviter toute interprétation journalistique abusive, nous vous proposons une traduction “brute” de l’intégralité des propos de Valentino Rossi, sans aucune mise en forme.


Une très bonne course pour vous…

“Oui, c’était une bonne course. Je me suis beaucoup amusé. Je me suis senti mieux qu’au Qatar. Nous avons beaucoup amélioré les réglages, nous y sommes arrivés après un week-end difficile. Sincèrement, après le Qatar, j’espérais arriver ici et être plus fort également pendant les essais, mais j’ai beaucoup souffert. Hier, nous étions plus fort et également un peu chanceux d’arriver en Q2 pour quelques millièmes devant Dovi. Ce matin, j’ai commencé avec la première moto et ce n’était pas si mal, mais j’ai arrêté pour essayer quelque chose d’autre et c’était important pour comprendre les réglages pour la course. Et c’était bien, car j’ai fait un bon départ, de bons premiers tours et j’ai pu attaquer jusqu’à la fin. Je me suis senti à l’aise avec la moto et je me suis senti mieux au niveau de ma condition physique, j’ai travaillé très dur. Au Qatar, je suis arrivé plus fatigué, ici j’ai pu attaquer. La bataille avec Cal a été super car il était très rapide. Après les essais, je savais que je devrais me battre avec lui pour arriver sur le podium, mais quand je l’ai suivi, j’ai vu que j’avais un petit peu plus. C’était une seconde place importante, pour moi, pour mon Team et pour toute l’équipe car Yamaha est premier et deuxième, et aussi à cause des points pour le championnat.”

Vous avez parlé de votre condition physique. Que vous manque-t-il pour la victoire ? Un peu plus de condition physique ?

“Non, non, non. Que me manque-t-il pour la victoire ? Demandez-lui ! (Rossi montre Vinales et rit). À un certain âge, vous avez besoin de plus de temps pour être en forme. Mais non, ce n’est pas… au Qatar également, j’étais OK. Mais c’est un tout. Le feeling avec la moto, ce circuit est également plus facile… Je dois m’entraîner dur mais le problème pour moi est que Maverick a fait une pré-saison fantastique et a toujours été fort. Et également aujourd’hui, il n’était pas très loin mais il était un peu plus rapide. Nous devons donc seulement travailler.”

Vous étiez de plus en plus près de Maverick. Avez-vous un moment pensé pouvoir le passer ?

“Sincèrement, quand j’ai passé la ligne, je pensais qu’il y avait moins que 2,9 secondes. Mais c’était 2,9 donc encore un grand écart a rattraper (rires). Mais quoi qu’il en soit, c’est OK, c’est OK : en partant septième, c’est bien. C’était derrière Cal mais Cal avait un rythme fantastique, donc je ne pense pas que si j’avais pu le doubler plus tôt, j’aurais pu rattraper Maverick.”

Après votre début de saison difficile, pensiez-vous que vous seriez second au championnat et le principal opposant à Maverick ?

“Pour moi, la pré-saison a été un désastre. J’étais très triste. Difficile. Mais vous savez, l’important est seulement le dimanche après-midi, quand vous franchissez la ligne d’arrivée. Donc dans ma longue carrière, j’ai appris que vous devez toujours rester concentrés et ne jamais renoncer, car beaucoup de choses peuvent se passer. La course au Qatar m’a apporté un bon feeling, de bonnes vibrations, car j’ai commencé à mieux comprendre la moto, et je savais que même si je souffrais, je pouvais être compétitif le dimanche. C’est également un bon résultat car j’ai plus de points que l’année dernière, une meilleure course au Qatar que l’année dernière, une meilleure course en Argentine que l’année dernière. Maintenant, pour moi, Austin est très dur mais c’est une piste que j’aime. L’année dernière, j’y étais très fort. Après le warm up, j’étais le seul à avoir le rythme pour essayer de rester proche de Márquez, mais malheureusement j’ai fait une grosse erreur durant la course et j’ai chuté. Je donc essayé d’y faire une bonne course là-bas également.”

Cela vous a surpris de pouvoir passer Cal au freinage ?

“Oui, sincèrement, durant ce week-end, j’ai toujours peiné au freinage mais nous avons amélioré l’équilibre dimanche, et aujourd’hui, j’étais très fort au freinage. En particulier, en bout de ligne droite. C’est aussi un beau travail de Yamaha car il semble que notre moteur soit plus compétitif cette année. Nous peinons moins dans les lignes droites, nous avons toujours une bonne maniabilité mais nous avons également une bonne vitesse de pointe.”

Vous avez dit que vous avez essayé quelques choses sur votre deuxième moto durant le warm up. Pouvez-vous en dire plus ?

“Oui, je me sentais plutôt à l’aise avec la première moto. J’étais derrière Maverick et il était un peu plus rapide que moi, mais quoi qu’il en soit, mon rythme était plutôt bon et je pouvais également améliorer. Donc, à partir de ce moment, j’ai été un peu plus optimiste. J’avais une autre moto à essayer pour tenter d’avoir une meilleure stabilité, mais malheureusement, cela n’a pas fonctionné. Mais quoi qu’il en soit, cela a été bon pour les derniers réglages pour la course.”

Il semble que la course ait été lente pour les autres pilotes. Quel est votre avis ?

“Je ne sais pas. Pour moi également, j’ai souffert car j’ai peiné lors des essais. La situation n’est pas sous contrôle. C’est comme ça. Maintenant, tous les pilotes sont en mesure d’attaquer dès le début, sont en mesure d’être fort et de faire un bon chrono. La MotoGP est maintenant comme ça. Je pense que vendredi, nous étions 16 en 0,9 seconde. Si lors de la course, j’ai été capable d’améliorer comme ça… (hochement de tête). Mais quoi qu’il en soit, nous essayons de travailler pour être plus forts sur la piste.”

Quelle est votre relation avec les spectateurs présents. Vous semblez très populaire dans toute l’Amérique du Sud…

“Oui, depuis la première année, j’ai vraiment eu un super soutien en Amérique du Sud. En Argentine, c’est toujours spécial. Également, quand j’ai gagné en 2015 avec le T-shirt de Maradona, bien sûr cela s’est renforcé. Mais j’ai un super soutien en MotoGP de façon générale, et c’est bon pour notre monde, et c’est toujours un plaisir de venir ici.”

Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Movistar Yamaha MotoGP