En 2016, Andrea Dovizioso amenait la meilleure Ducati en cinquième position au Championnat avec 171 points, contre 298 à Marc Marquez. En 2017, Dovi opposait 261 aux 298 de Marc. Chez les constructeurs, Ducati était l’an dernier à 47 points de Honda et 11 de Yamaha, contre l’année précédente avec 108 de retard sur Honda et 92 sur Yamaha.

« Nous devons être fiers de ce que nous avons fait, a estimé Davide Tardozzi, le team manager de Ducati, dans une interview accordée à Crash.net. Nous devons être heureux des résultats et de ce que nos pilotes ont fait. Dovi a fait un championnat incroyable pendant que Jorge peinait un peu. Il se battait mais il a montré à la fin de la saison qu’il pouvait être compétitif et que l’année prochaine il pourrait être l’un des favoris. »

« Depuis quatre ans que Gigi [Dall’Igna – Directeur de Ducati Corse] est entré chez Ducati, je pense qu’on ne cesse de croître. L’année prochaine sera plus difficile parce que nous devrons être là à chaque course avec les deux pilotes. Ce sera la confirmation que nous sommes là, et pas seulement Yamaha et Honda, mais aussi Ducati. »

« Ce sera difficile parce que nous n’avions pas encore la toute nouvelle moto au complet lors des tests de fin de saison en Espagne, mais nous avons testé à Jerez certaines pièces qui fonctionnaient assez bien, mieux qu’avant. Même si à Sepang nous ne sommes pas au top immédiatement, nous aurons encore neuf jours de tests avant la première course. Ce qui sera important, ce sera le dimanche au Qatar. »

Qu’est-ce qui a le plus contribué au succès de Dovizioso cette année ?

« Beaucoup de choses lui ont fait penser qu’il pouvait être non seulement rapide, mais aussi vainqueur. Bien sûr, cela a commencé avec la victoire à Sepang en 2016. Les gens durant l’hiver lui parlaient différemment. Il a changé son attitude mentale. Dovi a toujours été rapide. Il n’a jamais été un vainqueur en série, mais il a toujours été un bon pilote. Il a fait le pas mental suivant, un pas dans le cerveau, et cela a fait de lui un gagnant. »

Pensez-vous qu’il était bon pour Dovizioso d’avoir un multiple champion comme Lorenzo dans l’équipe ?

« Absolument, oui. Je pense que Jorge l’a d’une certaine manière aidé à se convaincre qu’il pouvait être un pilote de haut niveau – pas seulement un pilote rapide. C’est la différence ! »

On a beaucoup écrit sur Andrea travaillant avec le psychologue et entraîneur mental Amedeo Maffei. Avez-vous remarqué un changement dans ses méthodes de travail ?

« Non, non, non. Cette chose psychologique s’est produite à quelques reprises pendant l’hiver. Mais cela ne s’est jamais produit pendant la saison. En fin de compte, ce qui a beaucoup aidé, c’est la relation avec son ingénieur en chef Alberto Giribuola. Son attitude a convaincu Dovi qu’il pouvait vraiment être là à chaque course et je suppose que cette symbiose a eu un effet positif. Ils travaillent très bien ensemble. Ils se connaissent. Je pense que cette année, Dovi a trouvé une bonne façon de travailler avec son ingénieur de course. »

En ce qui concerne la personne assise dans le stand le jour de la course, le Dovizioso de 2015 est-il très différent du Dovizioso de 2017 ?

« Non – je vois juste une lumière dans ses yeux. Cette année, il était heureux de rouler. Avant il n’était pas si heureux de rouler et il pensait trop aux problèmes. Maintenant il pense aux bonnes choses de la moto et il travaille sur les points forts de la moto et non sur les points faibles. Cela dépend de quel point de vue vous voulez voir les problèmes ou ne pas les voir. »

Jorge a-t-il beaucoup changé cette année ?

« Jorge a fait un gros effort pour changer son style de pilotage, l’adapter à la Ducati. Finalement, il a obtenu des résultats. Il n’a toujours pas ce dont il a besoin pour être rapide, mais c’est notre problème. Nous devons lui apporter quelque chose pour lui permettre d’être encore plus rapide. Il s’est adapté à la moto mais maintenant il est temps que nous fassions quelque chose pour lui. Quand nous ferons cela, il sera incroyablement plus rapide. »

Dans quels domaines avez-vous besoin de faire ce travail ?

« La vitesse de passage en courbe. Nous devons lui permettre d’avoir la moto bien en mains en entrant dans le virage et de passer dans ce virage aussi vite que possible. »

Photo : Dall’Igna, Tardozzi et Dovizioso (© Ducati)

Source : Neil Morrison pour Crash.net