Actuel seizième du classement provisoire du Championnat du Monde avec 37 points, Iannone ne se fait pas d’illusions immodérées en arrivant à Motegi. Face à Marc Marquez et ses 224 points, il fait un peu pale figure avec quatre places dans le top 10 et cinq abandons.

Au classement constructeurs, Suzuki est assez discret avec 64 points, contre 274 à Honda, 257 à Yamaha et 248 à Ducati. C’est la course, il y a des hauts et des bas. Si l’usine traverse une période difficile, elle n’en a pas moins montré dans le passé son savoir-faire et ça ne pourra qu’aller mieux dans l’avenir.

Ce week-end, ce sera pour de nombreuses personnes de l’usine Suzuki liée au projet MotoGP l’occasion d’aller voir leur GSX-RR en action car, comme le précise le communiqué officiel, « Motegi est situé très près du siège de l’entreprise à Hamamatsu, faisant de ce GP la course à domicile pour de nombreuses personnes travaillant pour le projet MotoGP ». On leur souhaite un bon week-end, même si elles attendaient peut-être mieux de cette saison, après que Maverick Vinales, ayant terminé troisième du Grand Prix du Japon l’an dernier, ait alors déclaré « ce n’est pas notre limite ».

Andrea Iannone est-il à l’aise à Motegi ? On trouve dans son palmarès sur ce circuit nippon une dixième place en 2007 en 125. C’était plus compliqué l’année suivante en 2008 avec un empilage lors du premier tour en compagnie de Marc Marquez, Jules Cluzel, Tito Rabat, Andrea Iannone et Pol Espargaro.

2009 était l’année du triomphe de Iannone à Motegi en 125, quand il remportait le GP du Japon devant Julian Simon, Pol Espargaro, Stefan Bradl et Marc Marquez. Andrea pilotait alors une Aprilia pour l’Ongetta Team I.S.P.A. avec comme coéquipier Dominique Aegerter.

Il s’imposait pour la deuxième fois sur le Twin Ring en 2011, en Moto2 devant Marquez, Lüthi et Bradl. En MotoGP, son meilleur résultat était la sixième place en 2014 sur une Ducati Pramac.

Du côté de Suzuki, Kenny Roberts Jr a remporté le premier Grand Prix (disputé alors en 500 cm3) à Motegi en 1999 et a renouvelé la victoire en 2000. Depuis l’introduction du MotoGP en 2002, le meilleur résultat pour Suzuki a été la cinquième place avec John Hopkins en 2005, avant la troisième position de Maverick Vinales en 2016, devant son coéquipier Aleix Espargaro alors quatrième.

Selon Andrea Iannone, « Le GP du Japon sera passionnant pour nous tous car c’est la course à domicile pour Suzuki. Nous attendons que de nombreux ingénieurs nous rejoignent sur le circuit, et il sera intéressant de rencontrer tous les gens qui développent la moto que je pilote tous les week-ends. C’est une chance de parler directement avec eux et je crois aussi qu’ils seront heureux de voir leur GSX-RR courir en direct.

« Le circuit lui-même semble être un bon pour nous, sur le papier. Nous faisons de réels progrès ces derniers temps avec le développement et j’espère que nous aurons une course positive. J’aimerais vraiment avoir une bonne course pour les récompenser de tous leurs efforts. »

Selon son team manager Davide Brivio, « Nous terminons le championnat et nous sommes impatients de le faire dans la meilleure forme possible. Nous entamons notre grand voyage en Asie et nous faisons face à l’une des courses les plus excitantes pour Suzuki, sa course à domicile.  

« Motegi est l’un des circuits habituels de stop-and-go, mais nous avons de bons souvenirs de l’expérience de l’année dernière. Après les essais d’Aragon il y a quelques semaines, nous espérons apporter quelques améliorations pour ces trois courses consécutives. »

Photos et illustration © Team Suzuki Ecstar / Suzuki MotoGP

Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Iannone

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar