Moins qu’ailleurs, Valentino Rossi ne veut pas rater ce Grand Prix. Sur son terrain de Misano, il veut effacer la désillusion mécanique du Mugello et c’est très concentré, mais aussi extrêmement déterminé qu’il a entamé son Grand Prix de San Marin. Le voilà sixième au terme de la première journée avec du pain sur la planche.

Un gros travail qui reste en effet à faire quant au choix des pneus et sur les réglages pour optimiser le tout. De fait, c’est avec le châssis standard connu et éprouvé qui sera utilisé durant ce treizième rendez-vous de la saison. Voilà qui est au moins ça de figer var en ce qui concerne les pneus et les réglages, il y a encore pas mal d’options à étudier : « la journée avait bien commencé avec le meilleur temps lors de la FP1. Nous avions monté les gommes dures avec lesquelles je me suis senti à l’aise. J’ai fait de bons chronos et j’avais un bon rythme ».

Puis les températures ont grimpé… « L’après-midi, il faisait 15° de plus et le pneu arrière dur n’a pas fonctionné. J’étais trop lent. J’ai eu aussi des soucis avec le pneu avant qui est plus rigide. Après quelques tours, il souffre beaucoup et il est difficile à cerner. Nous avons monté le composé plus tendre à l’arrière et je me suis senti plus à l’aise. Me voilà sixième. Il nous faut travailler sur ce pneu avant afin qu’il tienne durant les 28 tours de la course, nous avons besoin d’améliorer nos sensations avec ce pneu avant ».

« Nous ne sommes pas si loin et il faudra voir comment va évoluer la piste. Son adhérence va s’améliorer ce qui devrait moins stresser les pneus et donc réduire l’usure. Nous avons trois options ici, le medium et le tendre avec une nouvelle architecture et le dur que nous connaissons depuis le début de la saison. Je ne l’ai pas utilisé aujourd’hui. Le travail que fait Michelin pour augmenter la longévité des pneus, va dans la bonne direction. Sans ce travail, nous serions ici plus en difficulté ». Le meilleur chrono de la journée a été signé par la Yamaha Tech3 de Pol Espargaró. Le Doctor est sixième à 618 millièmes de la M1 satellite et juste derrière Márquez qui suit Lorenzo.

Tous les articles sur : Valentino Rossi