C’est une des polémiques qui ont agrémenté ce Grand Prix de San Marin haut en couleur. Résumons : il y a eu le doigt d’honneur de Rossi sur un Aleix Espargaró conseillant au Doctor de se prescrire du tilleul. Il y a eu en fin de meeting la frustration de Pol Espargaró de voir Cruchlow réintégré au classement à son détriment après l’effacement de sa pénalité. Et puis, entre les deux, une certaine conférence de presse.

Une conférence qui a été marquée par la joute verbale entre Jorge Lorenzo et Valentino Rossi au sujet de leur passe d’arme en début de course. Une manœuvre que Por Fuera a jugé trop virile mais ne s’en étonnant guère, estimant que Rossi était coutumier de ce genre de fait. Une évaluation qui a fait réagir l’Italien qui a spontanément exprimé son désaccord.

Côté expert en ouverture au pied de biche de porte fermée sur les trajectoires, Marc Márquez est ce qui fait de meilleur. Spectateur privilégié de la bataille entre les deux officiels Yamaha il a donné son avis : « j’étais peut être encore un peu loin puisque Viñales était devant, mais j’ai vu Valentino partir de loin et plonger à l’intérieur pour passer » raconte celui qui a fini la course quatrième. « C’était agressif, mais je considère que c’était un dépassement normal. Lorsque vous roulez à domicile, vous risquez toujours un peu plus. Valentino est intelligent. Il savait que si Lorenzo prenait son rythme il partirait. Sa manœuvre était agressive, mais correcte ».

Tous les articles sur : Jorge Lorenzo, Marc Marquez, Valentino Rossi