Ce week-end à Silverstone, Jorge Lorenzo n’espérera pas revivre un coup de Trafalgar. Du genre une bonne rincée dominicale qui dissout un talent négocié à 12 millions d’euros par Ducati si l’on se réfère au discours de KTM.

La pluie n’est pas attendue en Grande Bretagne mais entre la perfide Albion et les averses, il y a comme une relation fusionnelle que l’on ne peut jamais prendre à la légère. Un véritable risque pour un Jorge Lorenzo qui voit en la goutte une sorte de kryptonite. C’est pourtant Márquez qu’il a lui-même qualifié de Superman. Reste que le Majorquin jouera véritablement la suite de son championnat ce dimanche à Silverstone. Avec déjà 59 points de retard, un nouvel échec sera synonyme de fin de partie.

Il devra faire avec une M1 figée dans ses évolutions puisque en partance vers Ducati et face à un Valentino Rossi équipier qui a logiquement toute l’attention de Yamaha. Tout semble contre Por Fuera qui arrive sur un tracé qui l’a cependant déjà consacré trois fois en MotoGP. De quoi se refaire : « après deux courses consécutives en Autriche et à Brno, nous voilà dans une situation qui n’était pas celle souhaitée. Mais on ne peut rien changer à ça ».

« A partir de maintenant, je vais prendre chaque course comme elle vient en essayant d’obtenir le meilleur résultat possible chaque jour qui passe. Silverstone est la prochaine échéance et nous allons faire le maximum tout en cherchant à retrouver le plaisir de piloter. C’est une des pistes que je préfère mais la météo y est aussi imprévisible. Nous verrons ce qui s’y passera ! »

Le Champion du Monde en titre a concrétisé à Silverstone en 2010, 2012 et 2013 si bien qu’il est le pilote qui compte le plus de victoires depuis que le site est revenu au calendrier. A Brno, il a connu des désagréments avec son pneu avant sur une piste allant vers le séchant mais assure qu’avant cela, il avait retrouvé de bonnes sensations sur le mouillé. On rappellera que lors des tests qui ont suivi, Yamaha ne lui a pas soumis les nouveautés concernant le châssis et le bras oscillant qui ont convaincu Valentino Rossi.

Tous les articles sur : Jorge Lorenzo