Au Qatar, Valentino Rossi est parti quatorzième pour prendre la cinquième place finale sur sa Yamaha. Une belle performance. Mais en Argentine, Álex Rins a fait mieux avec sa Suzuki. Il s’est élancé seizième avant de franchir la ligne d’arrivée du tracé de Termas à la même cinquième position. Une belle remontée qui en dit long sur le potentiel du pilote et de la GSX-RR. Et qui laisse aussi une pointe de regret. Car sans un samedi catastrophique, qu’aurait pu espérer les hommes de Davide Brivio ? Au moins un podium, à n‘en pas douter.

Ce podium, Álex Rins l’avait conquis l’an passé sur ce même tracé après avoir joué la victoire face à Zarco et Crutchlow. Il pouvait largement récidiver cette année. Mais de mauvaises qualifications le plantant sur le seizième plot de la grille de départ en a décidé autrement. La remontée de l’Espagnol a été intéressante, mais en vue de l’arrivée, il a dû se résoudre à rendre les armes, ayant déjà demandé puisqu’il n’en fallait à ses pneus.

Reste que l’honneur de Suzuki était largement sauf et le team manager Davide Brivio a rendu un hommage appuyé à son pilote dont l’équipier Joan Mir n’a pas vu l’arrivée : « finalement, la course a été très amusante avec Álex Rins. Il a fait une remontée remarquable et s’est une fois de plus approché du podium. Cette fois, c’était très difficile à cause de la position sur la grille, mais le résultat a montré à quel point nous étions compétitifs. Álex a transformé un mauvais samedi en un bon dimanche ».

Álex Rins est à présent quatrième au championnat avec 24 points après deux Grands Prix disputés.

Argentine MotoGP : classement



Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar