On ne s’ennuie décidément jamais en MotoGP, tant sur la piste que dans les coulisses. Avant que les hostilités sur le tracé de Termas de Rio Hondo ne commencent dans le cadre du Grand Prix d’Argentine ne commencent, la cible était un directeur technique Danny Aldridge au sujet du déflecteur Ducati contesté par quatre constructeurs. Après l’arrivée de la deuxième manche du championnat, c’est l’homme dévolu aux sanctions Freddie Spencer qui était dans la tourmente…

L’ancien Champion du Monde était ainsi l’objet de la colère de Cal Crutchlow et de la frustration du team LCR Honda. En cause, une pénalité infligée à cause d’un départ anticipé. Les images ont été versées au dossier et chacun a pu ainsi se faire une opinion. Voici celle de Lucio Cecchinello, patron de l’équipe satellite Honda :

« Je suis absolument déçu de ce que la direction de course nous a fait. La pénalité infligée à Cal était extrêmement dure et son mouvement au départ était insignifiant, vraiment insignifiant. On parle de 1,5 ou 2 centimètres, ce n’est vraiment rien. Cependant, nous ne pouvons pas faire grand-chose. Tout ce que nous pouvons faire, c’est exprimer notre opinion lors de la prochaine réunion du comité, à savoir que la sanction pour ce type de violation est beaucoup trop sévère. Il n’existe aucune relation entre le gain potentiel de quelques centimètres et la pénalité de 30 secondes imposée. Nous sommes donc très déçus, mais nous devons nous tourner vers l’avenir et je suis impatient d’être au Texas ».

Restera en suspens cette question posée par l’Anglais : si Márquez, Dovizioso ou Rossi avaient ainsi bougé sur leur plot de départ, la même sanction aurait-elle été prononcée ?



Tous les articles sur les Pilotes : Cal Crutchlow

Tous les articles sur les Teams : LCR Honda