En prélude à la conférence de presse qui a réuni ce jeudi Andrea Dovizioso, Marc Márquez, Cal Crutchlow, Álex Rins, Valentino Rossi et Danilo Petrucci, les journalistes du team officiel MotoGP.com ont fait le point avec Fabio Quartararo après ses mésaventures et sa belle performance au Qatar.


Au Qatar, vous étiez le meilleur rookie sur la grille, en 5e position. Si vous le voulez bien, racontez-nous ce qui s’est passé ensuite…

Fabio Quartararo : « vous savez, nous partons d’habitude depuis les box sans qu’il y ait beaucoup de motos. Je n’ai pas entendu mon moteur et il s’est arrêté. C’était de ma faute, mais ce sera à coup sûr la dernière fois où je partirai avec le Launch Control pour le tour de chauffe (rires). Donc oui, c’est une erreur, mais nous avons appris beaucoup de choses de cela ».

Vous avez ensuite réalisé le meilleur tour en course. Qu’avez-vous appris de positif de ce premier Grand Prix en MotoGP ?

« Bien sûr, tout d’abord les pneus. La durée de vie des pneus n’est pas la même que celle de l’année dernière (en Moto2). La saison passée, nous pouvions attaquer durant 100 % de la course alors que maintenant nous devons économiser un peu les pneus. Nous devons gérer cela différemment. Lors de cette course, je savais que je devais attaquer tout de suite car j’étais 7 secondes derrière Hafizh (Syahrin) et c’était la seule façon de marquer des points. Malheureusement, nous avons terminé 16e, mais j’ai appris beaucoup de choses. Nous devons en apprendre un peu plus concernant les dépassements car c’est très difficile de doubler. Nous n’avons pas le même moteur que les autres motos et toutes les machines sont complètement différentes, donc nous devons trouver notre meilleur spot pour doubler ».

Durant les tests hivernaux, y a-t-il eu un moment précis où vous avez soudainement compris la moto ?

« Vous savez, à Sepang, j’étais concentré sur les points de freinage durant toute la dernière journée. Mais au final, je ne pilotais pas comme j’aurais dû le faire. Avant le Qatar, il y a eu 2 semaines de break et je les ai passées à me dire qu’il fallait freiner tard et fort. Et dès que je suis arrivé au Qatar, j’ai freiné vraiment tard et fort avec l’avant dès le premier tour. C’est à partir de ce moment que nous avons fait un grand pas en avant, alors que le freinage avait été notre point faible depuis le début ».

Vous avez été très fort au Qatar, mais il y avait eu 3 jours de test avant le week-end. Ici, c’est une histoire complètement différente et vous allez rouler directement en FP1, sans aucune expérience avec une MotoGP. Comment cela va-t-il changer votre approche et à quel point est-ce difficile ?

« Bien sûr, ce sera difficile. Ce sera ma première expérience du MotoGP sans faire de test avant, directement en FP1, donc nous devons rester calmes comme nous l’avons fait lors du test au Qatar. Pour moi, la première séance sera un peu comme une petite journée d’essais, mais nous devrons rester prudents car ici la météo est toujours étrange. Nous essaierons de faire de notre mieux pour être en Q2 ».

La Yamaha semble être une bonne moto pour faire ses débuts en MotoGP. Mais selon vous, pourquoi votre équipe peut vous amener devant, alors que nous avons vu que les très expérimentés Maverick Viñales et Valentino Rossi pouvaient encore connaître des problèmes ?

« Nous avons vu Maverick aller vraiment très vite et obtenir la pole position. Je pense que notre rythme, celui des Yamaha, était très bon au Qatar. Nous avons vu que Valentino avait fait une course incroyable avec un rythme incroyable. Donc, je n’ai pas d’expérience mais je pense que la Yamaha est une très bonne moto et je suis très à l’aise dessus. Nous verrons après quelques courses, mais je pense que le rythme des motos et de tous les pilotes Yamaha est bon ».

Vous pouvez accéder aux datas de Valentino Rossi. Cela doit être incroyable…

« C’est bien sûr incroyable ! Je ne les ai pas énormément regardées au Qatar car j’ai plus regardé les données de Maverick qui, je pense, était toujours dans le top 3. Mais c’est incroyable de pouvoir comparer mon style de pilotage avec celui qui a toujours été mon idole depuis que j’étais un enfant. Et j’ai également pu rouler avec lui lors de la FP1 au Qatar, donc ce sera un de mes excellents souvenirs, et peut-être un des meilleurs de ma vie ».

Vous êtes l’un des 4 pilotes à être passés cette année en MotoGP. C’est plus que d’habitude. Cela vous enlève-t-il de la pression ?

« Oui, nous sommes 4 rookies et c’est une sorte de petit championnat entre nous. Nous savons que Miguel Oliveira et Francesco Bagnaia se sont battus pour le titre Moto2 l’année dernière, et Joan Mir a remporté le titre en Moto3 il y a 2 ans avant de faire une saison incroyable en Moto2. C’est donc bien de se battre avec ses 3 pilotes dans cette catégorie. Quand nous terminons la FP1 ou la FP2, la première chose que nous faisons n’est pas de regarder notre place, mais celle des autres rookies, et je pense que c’est agréable d’avoir 4 pilotes dans ce cas ».

Vous étiez supposé avoir une Yamaha dotée des spécifications B. Mais au vu de votre potentiel, il semble que vous avez mieux. Le fait que Yamaha croit en vous doit vous apporter une confiance énorme…

« J’ai toujours une spécification B, une moto 2019. Je ne connais pas vraiment les différences entre les motos, mais je n’ai pas la même moto que les autres pilotes. Mais comme je l’ai dit, cette moto est incroyable et je n’ai rien à redire. À chaque fois que je suis sur cette moto, je souris comme un enfant qui a de nouvelles chaussures. Donc pour le moment je profite, et je ne m’occupe pas de quelle moto j’ai, mais plus de mon style de pilotage car nous avons encore beaucoup de choses à apprendre ».

Comment aborderez-vous les courses en Malaisie et au Mans ?

« Nous avons évidemment deux courses importantes. Pour moi, au Mans, ma course à domicile, mais aussi la Malaisie où nous sentirons un soutien en tant que premier team malaisien, avec aussi Petronas qui est un sponsor malaisien sur notre moto. Ce sera vraiment bien de sentir le soutien de tous les fans malaisien, et ce sera à coup sûr une course incroyable ».



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team