MotoGP, Massimo Rivola, Aprilia : « le point faible n’est pas la Ducati, mais qui établit les règles »

par | 29 mars 2019

Le Grand Prix d’Argentine va commencer et on espère que les tours de piste qui vont être accomplis par les pilotes sur le tracé de Termas de Rio Hondo gommeront ce feuilleton de la réclamation technique contre Ducati, en même temps que le bitume argentin. La décision a été rendue par les juges en faveur des rouges, mais les quatre plaignants restent amers. Si on ne le montre pas trop chez Suzuki ou chez Honda, c’est plus flagrant chez les Européens Aprilia et KTM…

Ducati arrive à Termas de Rio Hondo après avoir remporté une victoire à Genève, où la Cour d’appel a décrété la légitimité de leur déflecteur posé sur le bras oscillant. Une histoire qui a changé quelque chose dans la relation entre les constructeurs. Gigi Dall’Igna n’a ainsi pas bien accueilli les mots de Mike Leitner de KTM, insistant sur le fait que l’Italien se croirait plus malin que les autres… « ils me dérangent. J’ai toujours pensé que la modestie était une qualité importante et, par conséquent, j’ai toujours essayé de me comporter de la sorte. Ensuite, chacun a ses propres opinions ».

Mais le directeur technique KTM réitère ce qu’il a dit : « ce serait Gigi qui a dit que les autres ne sont pas assez intelligents », explique l’ancien technicien en chef de Dani Pedrosa à “La Gazzetta dello Sport”. « La phrase ne me surprend pas : quand il s’agit de prendre une décision technique et politique, tout peut arriver. Grâce à notre action, nous avons clairement indiqué à quel point il fallait davantage de crédibilité et il était nécessaire que le règlement prévoie davantage de contrôle. Il existait une philosophie d’au moins cinq constructeurs qui ne souhaitaient pas aller dans le sens de la recherche aérodynamique, et tout le monde cet hiver travaillait dans cet esprit ».

Massimo Rivola, pour Aprilia, commence en tentant de faire de l’humour : « les ailes sont-elles juste là pour que les oiseaux refroidissent leurs pattes ? Qu’ils volent avec, est-ce un effet secondaire indésirable ? » Puis il ajoute : « le directeur technique Danny Aldridge est ressorti légitimé après avoir déclaré que “le but était uniquement de refroidir le pneu arrière”. La Fédération ne pouvait pas se renier. Dire que Ducati a triché n’est pas la bonne conclusion. Ils ont agi dans le bon sens, profitant des écarts, ils ont été excellents pour aller à la limite. Le point faible n’est pas la Ducati, mais qui établit les règles ». La nouvelle cible est désignée…

Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Dovizioso

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team