Troisième le matin et finalement quatrième l’après-midi, Cal Crutchlow peut être content de son vendredi passé en Argentine. Cependant, le vainqueur de l’an passé sur le tracé de Termas n’est pas dupe : il y a encore loin de la coupe aux lèvres.

Termas de Rio Hondo est une piste chère à Cal Crutchlow, et le Britannique l’a de nouveau démontré vendredi. À la fin de la première journée d’essais, Cal est quatrième, malgré une piste encore loin d’être parfaite, comme par ailleurs sa moto.

« Les conditions de piste n’étaient pas optimales » – dit Cal – « mais le point positif est que nous avons été plus rapides que lors des premiers essais de l’année dernière. S’il pleut au cours de la nuit d’aujourd’hui ou demain, ce sera un problème, nous devons donc continuer à travailler rapidement pour la course.  J’ai eu des réactions positives mais pas fantastiques de la moto, en particulier dans certains secteurs, tels que l’entrée de courbe. Il nous faut améliorer l’ensemble du package ».

L’Anglais s’arrête sur une situation qui l’a marqué : « je ne comprends pas comment, bien qu’il ait plu il y a deux jours, il reste encore des taches d’humidité. Sortir de la meilleure ligne à l’heure actuelle est risqué, mais je pense qu’en situation de course, la situation va s’améliorer. Avec chaque pilote occupant une ligne, situation va progressivement s’améliorer ».

Une autre particularité de Termas est de minimiser les écarts entre les pilotes. « Je ne sais pas pourquoi, mais il s’agit d’une piste qui se prête à ces écarts minimaux, du moins lors des essais car ce n’est pas ce qui se produit en course. Certains pilotes sont forts, en particulier sur le tour, mais dans tous les cas vous devez relativisez les qualifications : l’année dernière, j’ai gagné à partir de la dixième place. Mais mieux s’élancer pourrait certainement faciliter la tâche ».

Enfin, Cal se concentre sur sa situation physique, en nette amélioration mais pas encore complètement restaurée : « je ne suis pas encore physiquement au sommet, je me bats par exemple pour utiliser le frein arrière et ce n’est pas bon car, car je ne peux pas déplacer le pied. Je ne suis pas à l’aise pour entrer dans le virage mais je ne pense pas que cela dépende seulement de mon corps. Car en général, je me sens plutôt bien ».

On notera que son équipier Nakagami s’est inscrit dans le top 10.

FP2, MotoGP, Termas de Río Hondo, 29 mars :

1. Andrea Dovizioso, Ducati, 1:39,181 min
2. Jack Miller, Ducati, + 0,009 sec
3. Maverick Viñales, Yamaha, + 0,164
4. Cal Crutchlow, Honda, + 0,165
5. Fabio Quartararo, Yamaha, + 0,176
6. Valentino Rossi, Yamaha, + 0,260
7. Álex Rins, Suzuki, + 0,270
8. Marc Márquez, Honda, + 0,316
9. Franco Morbidelli, Yamaha, + 0,322
10. Takaaki Nakagami, Honda, + 0,448
11. Andrea Iannone, Aprilia, + 0,473
12. Aleix Espargaró, Aprilia, + 0,516
13. Danilo Petrucci, Ducati, + 0,559
14. Francesco Bagnaia, Ducati, + 0,618
15. Joan Mir, Suzuki, + 0,765
16. Pol Espargaró, KTM, + 0,770
17. Johann Zarco, KTM, + 0,775
18. Karel Abraham, Ducati, + 0,814
19. Miguel Oliveira, KTM, + 0,825
20. Tito Rabat, Ducati, + 0,929
21. Jorge Lorenzo, Honda, + 0,978
22. Hafizh Syahrin, KTM, + 1,571

FP1, MotoGP, Termas de Río Hondo, 29 mars:

1. Marc Márquez, Honda, 1:39,827 min
2. Jack Miller, Ducati, + 0,353 sec
3. Cal Crutchlow, Honda, + 0,388
4. Franco Morbidelli, Yamaha, + 0,492
5 . Andrea Iannone, Aprilia, + 0,539
6. Johann Zarco, KTM, + 0,560
7. Andrea Dovizioso, Ducati, + 0,768
8. Fabio Quartararo, Yamaha, + 0,849
9. Álex Rins, Suzuki, + 0,994
10. Valentino Rossi, Yamaha, + 1,000
11. Takaaki Nakagami, Honda, + 1,030
12. Pol Espargaró, KTM, + 1,239
13. Aleix Espargaró, Aprilia, + 1,476
14. Jorge Lorenzo, Honda, + 1,513
15. Tito Rabat, Ducati, + 1,682
16. Miguel Oliveira, KTM, + 1,686
17. Karel Abraham, Ducati, + 1,814
18. Maverick Viñales, Yamaha, + 1,830
19. Joan Mir, Suzuki, + 1,865
20. Danilo Petrucci, Ducati, + 1,941
21. Francesco Bagnaia, Ducati, + 2,048
22. Hafizh Syahrin, KTM, + 2,852

 



Tous les articles sur les Pilotes : Cal Crutchlow

Tous les articles sur les Teams : LCR Honda