Le département course de Ducati est tellement prolifique qu’une nouveauté aurait tendance à en faire oublier une autre.

En ce moment, c’est le spoiler fixé sous le bras oscillant, ou plutôt son mode d’homologation, qui alimente les débats du paddock et l’hostilité de Honda. Du coup, pendant ce temps, le « bouton magique » apparu depuis cet hiver sur les GP 19 fait tranquillement son travail lors des départs arrêtés…

Sur cet extrait vidéo diffusé par le site officiel MotoGP.com, on voit assez clairement son action : quand Jack Miller tourne le bouton après s’être levé de sa selle pour ne pas nuire au fonctionnement du mécanisme, la suspension arrière s’abaisse d’un coup et, plus que probablement, se durcit notablement.

Il en résulte un centre de gravité abaissé et une suspension arrière presque bloqué, le tout permettant d’utiliser un peu plus de puissance lors des départs arrêtés malgré la limitation due au wheeling.

Comme on a pu le voir précédemment, le système se débloque automatiquement au premier freinage.

Aujourd’hui, Álex Rins et Cal Crutchlow se moquent gentiment de cette nouveauté apportée par Ducati en MotoGP, mais on n’oubliera évidemment pas que le pilote britannique avait eu exactement la même attitude vis-à-vis des ailerons réintroduits par la firme de Borgo Panigale il y a quelques années : “Honda n’a pas besoin de ça autant que certains adversaires. Au premier test du Qatar, nous avons eu quelque chose et même maintenant, nous avons quelque chose dans cette direction. Mais notre moto est assez bonne sans cela. Nous ne testons pas dans cette direction en ce moment” .

On connaît la suite…

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Jack Miller

Tous les articles sur les Teams : Alma Pramac