Si Johann Zarco et Fabio Quartararo défendront nos couleurs en MotoGP cette saison, et bien que nos représentants seront nombreux en Supersport 600 et Supersport 300, nul pilote français n’apparaît dans les catégories précédentes des Grands Prix.

Il faut donc tourner nos regards vers l’autre bout de la pyramide pour y apercevoir la relève qui prend la forme des 3 pilotes hexagonaux qui se sont qualifiés pour la Red Bull MotoGP Rookies Cup : Lorenzo Fellon, Gabin Planques et Clément Rougé.

Nous avons profité de la dernière course 2018 à Valence pour mieux connaître ce dernier.


Clément, peux-tu rapidement nous retracer ton parcours ?

Clément Rougé : « Jusque là, je faisais un peu de cross pour m’amuser, mais en 2016 j’ai fait ma première année de compétition en vitesse, en OGP. Avec ma Moriwaki, j’ai gagné 12 courses sur 14 et j’ai obtenu le titre à la dernière course, à Albi.

L’année d’après, on s’est engagé en championnat d’Espagne pré-Moto3 et en FIM CEV Moto3. J’ai fini dans le top 10 en pré-Moto3 mais ça a été plus compliqué en Moto3. Avec le recul, je pense que j’étais monté trop vite d’un coup, même si cela m’a fait une bonne expérience.

En 2018, je suis parti avec le team CIP en European Talent Cup. On est arrivé un peu tard dans le championnat car mon père a eu un accident pendant les tests hivernaux. Le début d’année a donc été un peu compliqué mais la fin d’année a été positive et j’ai beaucoup appris durant cette saison. Par exemple, j’ai terminé 8e à Barcelone avant d’être disqualifié pour être passé sur le vert. Du coup mon meilleur résultat officiel est 11e ».

Là-dessus, arrivent les sélections de la Red Bull MotoGP Rookies Cup ou 3 français se sont qualifiés après 2 années de vaches maigres. Comment cela s’est-il passé ?

« On était un bon nombre d’engagés français, et nous sommes tous passés le 2e jour, sauf un qui n’a pas été retenu le premier jour. Au final, nous sommes 3 à nous être qualifiés pour la Red Bull MotoGP Rookies Cup mais cela n’a pas été facile. Je connaissais à peu près tous les pilotes car la plupart évoluent dans mon championnat et nous étions sur des Moriwaki 4 temps. Au moment de la sélection, j’étais bien sûr stressé car nous étions tous à peu près dans les mêmes chronos. Les pneus étaient durs, la moto bougeait beaucoup, et avec le stress, ça rendait la situation compliquée ».

Tu connais bien les 2 autres jeunes français sélectionnés ?

« Oui, je connais bien Lorenzo Fellon et Gabin Planques ».

Si tu t’entends bien avec eux, peut-on imaginer une sorte d’entraide française, puisque la compétition sera dure ?

« Oui, c’est dur, car il y a du niveau et la moitié des participants auront déjà une année d’expérience. Il faudra essayer de s’aider même s’il y a forcément une sorte de petite rivalité entre nous ».

Quel est le planning de ta préparation ?

« Les premiers tests ont lieu en avril, assez tard, ce qui me laisse du temps pour me préparer. Et il le faut, car cette formule est différente de celle où j’ai évolué, en particulier parce qu’on y parle anglais et qu’il n’y a pas de télémétrie pour régler précisément la moto. En conséquence, la capacité d’adaptation sera très importante. Pour cela, je roulerai cet hiver avec des motos très différentes, en essayant de les pousser au maximum, c’est-à-dire retrouvant leurs limites. Idéalement, il faudrait faire cela dans toutes les conditions, sec et mouillé, pour faire travailler les automatismes. Je compte beaucoup rouler à Alès avec Alain Bronec, et à Carcassonne, sur un petit circuit à côté de chez moi ».

Et physiquement? Car on rappelle que, juste après la sélection de la Rookies Cup, tu as eu une opération à ton genou gauche abîmé dans une chute.

« On m’a recousu le ménisque et j’ai eu une attelle pendant près de 2 mois, que j’ai dû enlever pour la dernière course de l’European Talent Cup à Valence. Mais ça va, je continue à travailler et, pour l’instant, ma condition physique n’est pas quelque chose qui me gêne ».

Quel est ton point fort et quel est ton point faible ?

« J’ai une assez bonne analyse de ce qui se passe sur la moto et je pense que je suis bien en vitesse de passage. Là où je peux m’améliorer, c’est au freinage car je rentre un peu trop vite dans les virages et je perds du temps à l’accélération, et donc dans la ligne droite qui suit ».

Merci Clément…

Tous les articles sur les Pilotes : Clément Rougé

Tous les articles sur les Teams :