Hubert Auriol n’est plus. C’est une des légendes du Dakar qui nous a quittés, une figure de l’épreuve qui prenait alors son envol à Paris, et un aventurier dans l’âme, mordu de cette discipline qu’il a intensément vécue comme pilotes tout comme organisateur. Toute une époque que l’on évaluerait aujourd‘hui comme politiquement incorrecte. A 68 ans, il a perdu un dur duel contre ce que l’on appelle pudiquement une longue maladie. Hubert Auriol n’a jamais manqué de courage.

Hubert Auriol est entré dans l’histoire du Dakar comme étant le premier pilote à avoir vaincu la classique à moto, par deux fois, puis en voiture, une expérience qui porte à trois ses succès dans ce rallye. On le jouait alors encore en Afrique, une épopée dont il a aussi pris les rênes comme organisateur et un continent qu’il affectionnait d’autant plus qu’il était né en Ethiopie. Ainsi, son surnom d’Africain n’était pas galvaudé. En 2006, il avait pris la tête de l’organisation du premier « Rallye des Légendes » reliant à nouveau Paris à Dakar, puis, deux ans après, de l’Africa Race.

Il a aussi dirigé le China Grand Rallye de 2013 à 2016, marquant ainsi un peu plus sou goût pour l’aventure qu’il a même décliné comme premier présentateur de l’émission télé Koh Lanta. Cinq fois vainqueur de la Coupe du monde de rallye-raid, il est aussi le recordman du tour du monde sur avion à hélices en 1987. Soi la même année où il était entré dans la légende en terminant une étape du Dakar, sur sa moto, avec les deux chevilles brisées… Comme aujourd’hui le cœur de beaucoup de passionnés.