Le team FCC TSR Honda France nous a convié hier à la présentation de sa toute nouvelle Fireblade d’endurance, quelques jours après que sa sœur du Superbike a affronté ses adversaires en Australie et quelques jours avant que le modèle de série soit disponible en concession.

La machine est indéniablement belle et bien finie, avec un zeste de bestialité procuré par ses ailerons latéraux (annoncés comme procurant le même appui que la RC213V 2018 de Marc Márquez),  sans toutefois donner dans le côté « too much » d’une certaine Kawasaki turbo.

 

 

 

 

Facteur évidemment plus important, cette CBR1000RR-R 2020 est élaborée sur une base de série puissante, très puissante, comme le confirme l’un des trois pilotes chargés de la conduire à la victoire en endurance avec Mike Di Meglio et Josh HookFreddy Foray: « on a testé la nouvelle Fireblade pendant le mois de janvier, durant une semaine. On l’attendait tous car cela faisait un moment qu’on était un petit peu à la traîne chez Honda. Enfin, elle est arrivée ! Enfin, il y a des chevaux ! Enfin, il y a de la performance ! Il y a à peu près un an, les Japonais nous avaient dit qu’on connaissait déjà cette moto car ils étaient partis sur la base de la moto des huit heures de Suzuka. Ils ne nous ont pas menti : le moteur est incroyable, et pour ceux qui recherchent une moto sportive et performance, je vous assure que vous allez l’avoir ! Et il va falloir aller au sport ! »

 

 

 

 

Contrairement aux générations précédentes où Honda améliorait sa moto de série pour faire de la compétition, cette Fireblade a donc été conçue pour arpenter les circuits dès sa genèse, avec un moteur de série qui développe rien de moins que 217 chevaux à 14 500 tr/min.

 

 

 

 

La démarche semble rationnelle pour aller tenter de récupérer le titre mondial obtenu par l’équipe franco–hispano–japonaise au terme de la saison 2017/2018. Pour autant, introduire une moto entièrement nouvelle en cours de saison est un pari toujours risqué, d’autant plus en ce qui concerne les épreuves d’endurance de 24 heures où les résultats se construisent entre autres, mais toujours, sur l’expérience acquise avec tel ou tel modèle de moto.

Or, les 24 Heures Motos se profilent déjà et l’équipe FCC TSR Honda France ne pourra seulement compter que sur quelques jours de roulage (jeudi et vendredi prochain au Mans pour des essais « Bridgestone/Dunlop » avec le SERT et le YART, puis les essais pré-Mans du 1er avril) pour tester et finaliser la moto au regard acéré qui s’alignera à 15 heures le 19 avril sur la ligne droite du circuit Bugatti.

 

 

 

 

Fabrice Recoque, directeur de la division moto chez Honda France, explique : « effectivement, commencer avec une nouvelle moto est toujours un exercice particulier. Par contre, c’est une vraie volonté de la marque, parce que le team FCC TSR Honda France devient le team officiel Honda usine, ce qui veut dire qu’il y a le rôle extrêmement important pour nous de rapidement mettre cette moto sur la piste, sachant que les ingénieurs ont développé cette moto dès le départ avec des caractéristiques renforcées dans l’optique de participer à des courses d’endurance. »

« Autant avant, dans la précédente génération, on parlait de kits de pièces particuliers pour la faire tourner, autant celle-là est honnêtement déjà un niveau de préparation beaucoup plus élevée que l’ancienne, pour pouvoir directement aller sur la piste. Mais on sait évidemment qu’on va forcément essuyer des plâtres et que ce sera un peu délicat au début. Cette semaine, il y aura deux jours d’essais sur le circuit du Mans qui est loué par les manufacturiers pneumatiques, et il y aura aussi les deux jours de pré-Mans. Ce n’est évidemment pas beaucoup, mais encore une fois cette moto a vraiment été conçue et préparée dans une optique de « souffrir » pour faire des courses, y compris d’endurance. »

« Normalement, l’usine ne nous autorise pas à mettre en piste des motos qui ne sont pas au niveau, mais là, la volonté est inverse et c’est Honda Motor qui demande à ce que la moto soit le plus rapidement possible sur les grilles de départ, et notamment lors des courses de longue durée. On va donc essayer de préparer la moto du mieux possible car on a un team qui est extrêmement professionnel et on a trois pilotes de très grande qualité.

L’endurance n’est pas que de la performance pure, mais aussi la capacité à rester longtemps sur la piste, donc on utilisera toutes ces caractéristiques de l’endurance pour essayer de faire au mieux, même si ça reste évidemment un exercice qui sera sans doute plus difficile que ce que l’on a connu durant les années passées. On est sur un engagement à long terme et même si notre situation au championnat n’est pas très bonne, on va essayer de faire au mieux pour les courses restantes, le but étant d’être prêt pour la victoire pour le Bol d’Or qui va arriver très vite, et évidemment, prêt pour le prochain championnat ! »

« Je rajoute également qu’on sera cette année le team Honda officiel lors des huit heures de Suzuka, où on aura l’assurance d’avoir une moto très affûtée pour représenter Honda lors de cette épreuve mythique au Japon. On espère donc aussi y faire une belle performance ! »

En endurance, rien n’est jamais écrit d’avance, alors même si l’équipe FCC TSR Honda France aura peut-être, sans doute, à faire face à des petits problèmes de jeunesse de la CBR1000RR-R #5, rien ne dit qu’elle ne tirera pas très rapidement son épingle du jeu…

Réponse le 20 avril !

 

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Mike di Meglio