Aujourd’hui, avec la généralisation des pilotes d’essais propres à chaque constructeur MotoGP, faire une wildcard n’est plus une sorte de récompense mais plutôt l’occasion de poursuivre le développement en étalonnant en conditions de course telle ou telle pièce, ou tel ou tel réglage, qu’il soit de géométrie ou électronique.

Et cela est encore plus vrai à Barcelone où les pilotes concernés participeront également au test officiel MotoGP lundi prochain.

Pour Sylvain Guintoli, qui fera en Catalogne la première de ses trois apparitions en Grands Prix cette année (avant Brno et Motegi), le calendrier ne connaît d’ailleurs pas de pause puisqu’il vient à peine de terminer un test privé pour Suzuki sur le circuit de Brno, en même temps que Dani Pedrosa enchaînait les tours pour KTM.

L’actualité du pilote français ne s’arrête pas, ce dernier venant d’être officialisé pour la 3e année consécutive au guidon de la Yoshimura Suzuki pour les 8 heures de Suzuka.

Pour Bradley Smith, ce sera déjà sa 3e apparition en course cette année, après les Grands Prix au Qatar et à Jerez. Le Britannique n’y a pas inscrit de points, mais une fois encore, ce n’était pas l’objectif principal. À Barcelone, le but à atteindre consiste à améliorer l’adhérence de l’Aprilia RS–GP. Quant à Bradley Smith lui-même, on pourrait encore le voir au moins deux fois cette année, que ce soit à Brno, Aragon ou Valencia.
Bien que participant pour le team One Energy Racing (Sepang Racing Team) à la coupe du monde MotoE dont les prochains essais se dérouleront lundi, mardi et mercredi à Valencia, Smith sera présent au test officiel MotoGP lundi prochain

Pas de wildcard en 2019 dans la catégorie Moto2 pour cause de nombre de moteurs insuffisant, mais l’attention se portera sur Jonas Folger, pilote d’essais Yamaha, en charge de remplacer Mattia Pasini blessé au sein du team Petronas Sprinta Racing. Comme quoi les relations sont plus que bonnes entre ces deux structures…

Enfin, en Moto3, Ryusei Yamanaka fera sa deuxième wildcard de la saison après une première participation au Qatar en remplacement de Sergio García, alors âgé de moins de 16 ans, pour le team qui le fait courir en CEV Moto3.

Originaire de Chiba, âgée de 18 ans en novembre, Yamanaka est considéré comme l’une des promesses les plus intéressantes du pays du soleil levant. Depuis son enfance, il s’est imposé à la fois sur le plan local et national, puis dans la Coupe des Talents Asiatiques durant la période de trois ans 2015-2017, montant 10 fois sur le podium au total, dont un succès à Motegi. En 2017-2018, il participe activement à la Red Bull Rookies Cup, remportant un total de 6 podiums, dont un succès en Autriche l’année dernière.

En 2018, il a également eu un avant-goût du CEV Moto3, participant aux trois dernières manches de la saison avec l’équipe 3570 MTA. Cette année, il revient dans le Championnat du monde Junior Moto3 avec l’équipe junior EG 0,0 pour sa première saison complète. Mais il a également eu l’occasion de courir au Qatar, en remplacement de Sergio García, âgé de moins de 16 ans.

Il reste sur une 17e place au Mugello.

Mais sans doute plus intéressante devrait être la participation de Carlos Tatay. Le titulaire de l’équipe Fundacion Andreas Perez 77 en FIM CEV Moto3 reste en effet sur une victoire sur ce même circuit il y a une semaine au guidon de sa KTM , et sur une véritable domination en Red Bull MotoGP Rookies Cup au Mugello il y a 15 jours…



Tous les articles sur les Pilotes : Bradley Smith, Jonas Folger, Sylvain Guintoli

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini, Team Suzuki Ecstar