Pour sa troisième saison sur une RC 16, le bouillant hidalgo a réussi à terminer à 5.935 du vainqueur Marc Márquez sur le Circuit Bugatti. Si sa sixième place n’est pas un exploit – car il avait terminé troisième du dernier GP de Valence – par contre l’écart est extrêmement significatif car c’est le plus petit d’une KTM en MotoGP par rapport au premier sur le sec, qui était jusqu’ici de 15.876 à Assen l’année dernière. Cela permet ainsi à Pol de figurer désormais dans le top 10 au classement provisoire du Championnat du Monde, plus précisément en neuvième position devant des champions de la trempe de Maverick Viñales et Jorge Lorenzo.

 

Le Mans MotoGP™

2018

2019

FP11’32.476 Marc Márquez1’31.986 Fabio Quartararo
FP21’31.936 Andrea Dovizioso1’31.428 Maverick Viñales
FP31’31.619 Maverick Viñales1’42.498 Maverick Viñales
FP41’32.337 Andrea Dovizioso1’39.777 Marc Márquez
Q11’31.818 Danilo Petrucci1’37.667 Valentino Rossi
Q21’31.185 Johann Zarco1’40.952 Marc Márquez
Warmup1’31.868 Marc Márquez1’32.483 Fabio Quartararo
CourseMárquez, Petrucci, RossiMárquez, Dovizioso, Petrucci
Record1’31.185 Zarco (2018)1’31.185 Zarco (2018)

 

La saison avait assez bien débuté pour Pol, en progression régulière avec la douzième place au Qatar, puis la dixième en Argentine et la huitième au Texas. Jerez était son plus mauvais résultat de ce début d’année avec la treizième place, avant cette belle sixième position mancelle.

Les essais libres sarthois s’étaient bien déroulés pour le leader de l’équipe KTM avec la septième place à 0.495 de Maverick Viñales. Il se qualifiait donc sans aucun problème pour la Q2, mais c’est alors que les choses se gâtèrent. Il chutait dès le premier tour, heureusement sans se blesser, mais hélas sans être crédité du moindre temps. Cela le contraignait à s’élancer depuis la douzième position sur la grille de départ.

Ce revers lui mettait un sérieux coup au moral. « Maintenant, j’espère seulement que nous aurons une course sèche dimanche » déclarait-il après sa chute. « Ce serait moins dangereux pour nous et certainement plus spectaculaire pour le public. Mais nous ne le saurons que dimanche parce que le temps change à chaque instant. Rien que ce samedi, nous avons connu beaucoup de conditions différentes ».

Parti de la quatrième ligne ce dimanche, en compagnie des Yamaha de Fabio Quartararo et Maverick Viñales, Espargaró réalisait un départ fantastique qui lui permettait de boucler le premier tour en sixième position ! Il gagnait même une place au tour suivant en doublant Franco Morbidelli. Mais Danilo Petrucci le passait lors de la boucle suivante, et finalement Pol terminait sixième à moins de trois secondes du cinquième Valentino Rossi (ce qui est déjà en soi un exploit) et devant les deux Yamaha Petronas de Franco Morbidelli et Fabio Quartararo, la Honda officielle de Cal Crutchlow, la Suzuki d’Álex Rins et la Honda Repsol de Jorge Lorenzo. Beau tableau de chasse !

En rentrant au stand orange, après avoir été félicité par Mike Leitner (team manager), Sebastian Risse (responsable technique) et quelques autres, il sautait sur son chef d’équipe néo-zélandais Paul Trevathan. C’est à un sonore « Je t’aime » qu’eut droit l’ingénieur en chef vigoureusement construit, d’après notre confrère et ami Günther Wiesinger tel qu’il l’a rapporté dans Speedweek.

« J’ai vite compris qu’il était préférable d’essayer de rattraper le temps que je perdais au freinage » expliquait l’Espagnol. « Peu importe ce que tu as fait, ça a fonctionné, c’est l’essentiel » rétorquait Paul Trevathan.

« C’est une des meilleures courses de ma carrière, c’est certain, même si j’en ai remporté pas mal » estimait Espargaró. « Cette course a été la plus difficile de ma vie. J’étais à la limite du premier au dernier tour. Dans le premier virage, j’ai eu des blocages de freins incroyables à l’avant, mais j’ai réussi à rester en selle. J’étais à la limite partout ».

« Je ne peux que remercier cette excellente équipe, avec le PDG Stefan Pierer, avec Pit Beirer, avec Mike Leitner, avec tous les gars de mon stand, avec Red Bull, avec tous les fans dans les gradins qui croisent les doigts pour KTM. Notre performance est le résultat d’un travail incroyable, chez nous en Autriche, à Mattighofen et ici sur le circuit ».

« Nous ne sommes que dans la troisième année. Par conséquent, nous devons augmenter nos performances plus vite que nos adversaires, qui se développent également sans arrêt. Mais nos progrès sont impressionnants ».

Au cours des dernières semaines, l’aérodynamisme a été amélioré, il y a eu une modification de l’angle de direction, un bras oscillant en carbone, un autre bras oscillant plus long et de nouvelles pièces de moteur pour le moteur V4 1000 cm3 d’environ 290 chevaux (source KTM), afin de rendre la délivrance de la puissance plus douce et progressive ».

On ajoutera qu’en tant que Français, on attend avec impatience que Johann Zarco se mette cette moto bien en mains et atteigne le niveau de performances de son coéquipier.

Résultats du Grand Prix :

 

Classement provisoire du Championnat du Monde :

Vidéo : Les 3 Ducati de Dovi, Petrucci et Miller, puis Rossi suivis de Pol Espargaró

Photos ©  Marcin Kin pour KTM

Tous les articles sur les Pilotes : Pol Espargaro

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP