Tony Arbolino s’est qualifié en pole position pour la troisième fois de sa carrière dans un Grand Prix. C’est la première pole position d’Arbolino depuis Valence l’an dernier. Son meilleur résultat lors de ses deux visites au Mugello en Moto3 est une septième place l’an dernier, il était parti 18ème sur la grille. Il s’agit de la deuxième présence consécutive d’Arbolino sur une première ligne d’un Grand Prix, après la Malaisie suivi de Valence la saison dernière. En outre, il s’agit de la deuxième pole position d’un coureur italien sur le circuit du Mugello en Moto3, avec Romano Fenati en 2016.

Ces données seront-elles les prémices d’une prochaine victoire à domicile ? Avant de répondre à cette question, voici le tableau qui rafraîchit la mémoire…

Mugello Moto3™

2018

2019

FP1

1’58.078 Jorge Martin

1’58.188 Niccolò Antonelli
FP2

1’57.104 Jorge Martin

1’57.467 Tatsuki Suzuki
FP3

1’57.337 Jorge Martin

1’56.637 Tony Arbolino
Q1

XXX

1’57.792 Raúl Fernández
Q2

1’56.634 Jorge Martin

1’56.407 Tony Arbolino
Warmup

1’57.126 Jorge Martin

1’57.085 Gabriel Rodrigo
CourseMartin, Bezzecchi, Di Giannantonio
Record

1’56.615 Danny Kent (2015)

Gabriel Rodrigo s’est qualifié en deuxième position. Il s’agit de son deuxième départ en première ligne cette année avec Austin et de son meilleur résultat en qualifications depuis sa pole position l’an dernier au Japon. Lorenzo Dalla Porta complète la première ligne comme il l’avait fait cette année au Qatar et en Espagne. Après le Grand Prix de France, c’est la première fois qu’il y a trois pilotes Honda au premier rang de la grille Moto3 depuis l’Italie et la Catalogne l’année dernière.

Le vainqueur du Mugello en 2017, Andrea Migno, est le pilote KTM le plus haut placé au deuxième rang de la grille. C’est son meilleur résultat depuis qu’il était deuxième temps le plus rapide au Japon 2016. Le vainqueur de la course Moto3 au Mugello en 2015, Romano Fenati, s’est qualifié à la cinquième place. Il s’agit de son meilleur résultat de qualification en Moto3 depuis sa cinquième place en Australie, en 2017.

Kaito Toba, qui a remporté la course d’ouverture au Qatar cette année, s’est qualifié en sixième position, ce qui constitue sa meilleure performance en qualification depuis sa troisième place au Qatar. Le leader du championnat, Arón Canet, est le huitième meilleur qualifié. C’est la troisième fois consécutive qu’il ne se qualifie pas parmi les six premiers. Il a terminé 11e l’an dernier au Mugello, en partant quatrième sur la grille.

25°dans l’air et 38° sur une piste chauffée par un beau soleil sont les conditions proposées aux pilotes qui auront 20 tours à effectuer. Rodrigo vire en tête au lâché des fauves mais Arbolino reprend sa position de tête. Suzuki et Dalla Porta suivent. Le leader du championnat Canet est neuvième. Antonelli est 22e. Masaki chute au virage 11. Et il s’en sort bien…

Le premier tour est bouclé avec Rodrigo en tête mais le train du Mugello est constitué dans la ligne droite. Chacun cherchant la meilleure inspiration à l’aspiration.

Arbolino mène le second tour mais tout est très aléatoire, le top 10 se passant et se repassant sans cesse. Suzuki est chaud au freinage et veut rendre hommage à son patron Simoncelli qui décore son casque. Rodrigo tombe au virage 8. C’est l’un des premiers favoris à chuter. Darryn Binder arrive quatrième et il n’est pas du genre à calmer les esprits… Après quatre tours, Dalla Porta mène. Il semble très bien dans la ligne droite.

Fenati glisse 19e et Binder grimpe second. Dalla Porta tient bon en tête. D’autant plus que Binder et Arbolino sont en duel. Après six tours, Binder veut prendre les commandes mais Dalla Porta lui donne la réplique.

Antonelli remonte huitième derrière Canet. Dalla Porta se ménage une avance suffisante pour éviter l’aspiration après sept tours. L’invité Zannoni chute avec sa TM au virage 1. Alonso López, neuvième, chute au virage 12. Arbolino a rejoint Dalla Porta. Tout est à refaire pur le pilote Leopard qui, à ce stade de la course, prend la tête du championnat.

Foggia s’invite à la fête et dans le trio de tête. C’est une vraie bataille de chiffonniers.  La mi course arrive, l’occasion de voir la monte des pneus des pilotes.

Booth-Amos du team CIP chute au virage 14. Son équipier Binder est toujours en lice pour la victoire. Dalla Porta fait une erreur et glisse cinquième mais se rattrape avant la ligne droite qu’il aborde en tête pour en sortir troisième… Suzuki mène à neuf tours du terme.

Fenati rejoint le top 10 et il a aussi ses chances pour la victoire. On note tout de même que la Honda de Dalla Porta a un excellent moteur… Son équipier Marcos Ramírez rentre au stand suite à un souci technique. Salac reçoit la pénalité dite du “long lap”.

Il reste six tours et Arbolino prend la tête à Dalla Porta tandis que Binder tient tête grâce à ses freinages de bûcheron… Mais il se fait enfermer à l’abord des cinq derniers tours et se retrouve onzième. pas sûr que ça le calme…

A quatre tours de la fin, Antonelli, parti du fond du peloton mène la course. Migno et Fenati chutent au virage 15. ce sont deux anciens vainqueurs du Grand Prix d’Italie. Sasaki et Toba s’accrochent également au virage 3.  Pendant ce temps, devant…

Le sprint final est lancé. Arenas, dixième, doit faire un “long lap”. Ils sont huit à pouvoir gagner. Dont Canet, mais le top 5 est tenu par des Honda suivies par autant de KTM.

Le dernier tour est lancé. Masiá lâche tout et prend la tête mais sous le drapeau à damier, c’est Arbolino qui rafle la mise devant Dalla Porta. Masiá monte sur le podium pour KTM. Antonelli, Foggia, McPhee devancent un Canet qui garde la tête du championnat pour trois points devant Dalla Porta. Suzuki, Vietti et Binder ferment le top 10.

Grand Prix d’Italie, Mugello, Moto3, Course :

Tous les articles sur les Pilotes : Tony Arbolino

Tous les articles sur les Teams : Snipers team