Parce que son étincelant équipier Pol Espargaró a réussi un brillant quatrième chrono au terme de la première journée du Grand Prix d’Italie, on serait tenté de dire que le même vendredi a été déprimant pour son équipier Johann Zarco. Qui a, qui plus est, chuté. Mais en fait pas du tout. Le nouveau moteur lui plait, le bras oscillant en carbone est resté dans les cartons et finalement, malgré son accident, c’est un douzième rang qu’il a conquis. Demain, samedi, la Q2 est encore jouable…

Ce qui veut dire que l’on progresse tout de même. Le Français explique d’abord sa chute : « au virage 11, c’était un crash classique » a déclaré Zarco. « La roue avant a glissé lorsque j’ai mis les gaz. Mais je vais bien. Je suis resté en bonne santé et j’ai glissé sans problème, sans séquelles. J’ai pu regagner les stands et enfiler mon autre cuir ».

« Ensuite, j’ai pris une profonde inspiration, je me suis forcé et je suis sorti avec le nouveau pneu tendre lorsqu’il ne restait plus que  huit minutes dans la deuxième séance. Nous avons réalisé une bonne amélioration. Je suis à six dixièmes de seconde du meilleur, c’est plutôt bon et je suis satisfait des progrès que nous avons accomplis » commente le double Champion du Monde Moto2.

Le tricolore veut toujours essayer de nouvelles choses avec la KTM et aussi expérimenter son style de pilotage jusqu’à ce que lui et son équipe aient trouvé la solution parfaite pour de bons résultats en course avec la KTM. « Il y a plusieurs choses sur lesquelles nous devons travailler ce week-end. Mais nous voyons des aspects positifs, nous avançons. Nous avons une nouvelle version de moteur améliorée qui fonctionne bien et la vitesse est également bonne. Vous pouvez sentir la puissance de cette moto. C’est une grande force de cette machine. Cest bon de voir que les vitesses de pointe sont correctes. Cela procure du plaisir et cela ne fait pas tout, puisqu’il y a des virages, mais c’est déjà bon ».

« Ce moteur à d’autres caractéristiques avec lesquelles, à la fin de la première séance de ce matin, j’ai réussi à appliquer des choses qui ouvraient quelques portes. J’ai continué l’après-midi et il y a eu à chaque fois de bonnes améliorations. C’est la constance qui manque, parce que pour le moment je suis vraiment « over force », je dois surpiloter la moto : ce n’est pas mon caractère et c’est compliqué ».

Il ajoute : « nous n’avons pas encore le nouveau bras oscillant en carbone, je dois d’abord essayer d’autres solutions. Maintenant, je dois encore mieux contrôler les virages, je suis déjà très rapide dans les lignes droites. Mais il faut beaucoup d’énergie pour s’adapter à la moto afin d’obtenir de bons résultats ».

« C’était peut-être mon meilleur vendredi avec la KTM » termine Johann . « C’est pour ça que c’est bien ! Cela fait tellement longtemps que je n’ai pas été là, pas loin, à presque me voir sur l’écran, que j’ai cru que j’étais qualifié, alors qu’en fait il faut être dans les 10. Avant, il fallait travailler pour ne surtout pas passer en Q1, et là, je suis 12e et je crois que je suis qualifié (rires) ! C’est plutôt comique. Le pneu neuf arrière soft nous a énormément aidé. Après, il nous aide sur 2 tours, et tous les autres tours deviennent compliqués. Donc ça nous donne des informations, mais cela ne veut pas dire qu’on a la solution pour faire de grandes courses ».

Grand Prix d’Italie Mugello MotoGP J1 KTM : chronos



Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP