Après avoir enregistré trois podiums consécutifs au Mans, au Mugello et à Barcelone, dont une victoire mémorable au Grand Prix d’Italie, Petrucci pointait alors en quatrième position au classement général, à seulement cinq points de son coéquipier Andrea Dovizioso qui était deuxième. Mais récemment ses résultats ont été moins étincelants, avec la dixième place à Misano, la douzième en Aragon, puis la neuvième en Thaïlande ainsi qu’à Motegi ce dimanche.

Au Championnat, Danilo cinquième a encore perdu du terrain sur Álex Rins et Maverick Viñales, ex-aequo en troisième position, avec sept points de retard sur ces deux adversaires. Mais où ça se complique pour Petrux, c’est qu’El Diablo est en train de revenir sur lui comme un avion, alignant les podiums avec une maîtrise de plus en plus impressionnante. Petrucci n’a plus maintenant que six points d’avance sur Quartararo, et lui résister lors des trois prochains et derniers Grands Prix ne va pas être facile.

Petrucci n’a jamais vraiment donné l’impression qu’il était dans le bon rythme à l’occasion de ce Grand prix asiatique. Treizième de la première séance d’essais libres à 0.963 du leader Maverick Viñales, il bouclait ces essais libres en huitième position à 0.855 du meilleur temps de Fabio Quartararo. C’était en partie positif, car qualificatif directement pour la Q2.

En qualifications, Danilo obtenait le huitième temps à 0.664 de la pole position de Marc Márquez et à 0.017 du septième temps de son coéquipier Andrea Dovizioso. Tous les espoirs lui étaient donc permis, surtout si l’on sait que Dovi termina sur le podium.

Petrucci boucla le premier tour de la course en huitième position, puis se fit dépasser par Álex Rins. C’était ensuite Joan Mir qui le doublait, puis Valentino Rossi. Petrux repassait Valentino et récupérait la dixième place, puis doublait en fin de course Jack Miller en délicatesse avec ses pneus et terminait neuvième à 14.216 du vainqueur Marc Marquez. Si l’on constatait que son coéquipier Andrea Dovizioso finissait troisième à 1.325, la comparaison n’était pas très flatteuse pour Danilo.

Il lui faudra donc progresser sérieusement dès la semaine prochaine à Phillip Island pour maintenir Fabio Quartararo à distance. Mais l’Australie pour le moment ne lui a jamais été très favorable, avec comme meilleur résultat en 7 GP disputés là-bas la neuvième place (sa seule dans le top 10) en 2016 sur une Ducati de l’équipe Octo Pramac Yakhnich.

Selon Danilo Petrucci, « Je ne peux pas être satisfait de mon résultat, même si je me suis beaucoup battu pendant la course. Malheureusement, j’ai eu beaucoup de mal dans les premiers tours avec le pneu avant, qui est devenu trop chaud, mais quand j’ai pu le ramener à la bonne température, j’ai commencé à courir dans de bons temps et, dans la dernière partie de la course, j’ai été rapide. »

« J’ai encore besoin de quelques petites choses pour revenir au sommet, mais j’ai l’impression de revenir à mon niveau du début de saison. Il est clair que nous devons et voulons faire plus et heureusement, l’Australie n’est plus qu’à une semaine d’ici. »

Classement du Grand Prix :

Classement provisoire du Championnat du Monde :

Photos © Ducati



Tous les articles sur les Pilotes : Danilo Petrucci

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team