Elle s’appelle WMC250EV et c’est une moto électrique fabriquée par la British White Motorcycle. Son objectif est de révolutionner le concept d’aérodynamisme appliqué aux motos. En effet, afin d’améliorer la pénétration dans l’air de la machine, les ingénieurs ont eu l’idée de percer un énorme trou au centre de la moto.

Alors que la moto électrique WEMC250EV semble révolutionnaire, l’idée est en fait assez simple. WMC profite des possibilités offertes par la conception de motos électriques pour développer une moto plus efficace sur le plan aérodynamique. Au lieu de faire circuler de l’air autour de la moto, ils ont eu l’idée pour le moins originale de le faire circuler à travers celle-ci, fournissant une sorte d’effet Venturi. L’entreprise appelle cette technologie “V-AIR”.

Cela permet d’atteindre plusieurs objectifs majeurs. Premièrement, la moto a beaucoup moins de traînée qu’en utilisant carénage standard. WMC affirme que la conception V-AIR peut réduire la traînée aérodynamique de la moto jusqu’à 69%, selon la façon avec laquelle vous souhaitez concevoir le système.

Deuxièmement, il fournit également une force d’appui considérable sur la roue avant, comme les ailerons aérodynamiques que vous voyez sur les MotoGP certaines superbikes, mais la conception V-AIR génère beaucoup moins de turbulences, ce qui équivaut à une meilleure stabilité.

Troisièmement, parce que cette roue avant est posée sur le sol et que le but est d’éviter le wheeling, donc d’y ajouter du poids – cela ne pose pas de soucis pour une moto destinée à faire de la ligne droite – WMC peut installer deux moteurs de moyeu de 20 kW dans la roue avant. La roue arrière est entraînée par chaîne, alimentée par deux moteurs de 30 kW centrés dans le châssis. Au total, ce sont donc 100 kW, soit 137 ch, qui propulsent la machine Britannique. Cependant, ce n’est qu’un début car dans les projets de l’entreprise, le WMC250EV vise à atteindre 250 kW (d’où le nom), soit la bagatelle de 340 ch.

 

 

Tout est très intelligent et il est facile de comprendre pourquoi l’industrie de la moto ainsi que le gouvernement britannique investissent tous de l’argent ou d’autres formes de soutien dans cette entreprise technologique. Un autre facteur crucial est que malgré le trou, la position de conduite n’est en aucun cas extrême, au contraire, en termes de dimensions et de mesures, elle peut être comparée à celle d’une Yamaha R6 « très normale ».

Robert White, le PDG de WMC, revient sur les débuts de la machine sur piste : « Je suis ravi des progrès que nous avons réalisés sur la WMC250EV. Nous avons été encouragés par le grand accueil que notre lancement a reçu le 21 juin dernier et le niveau élevé d’intérêt que le projet a par la suite suscité. Il s’agit d’une moto entièrement sur mesure et son fonctionnement est fantastique. Nous avons une approche mesurée et contrôlée de notre programme d’essais pour nous assurer que rien n’est laissé au hasard et compte tenu des résultats que nous avons obtenus à ce jour, ma confiance se renforce tout le temps que nous réussirons. »

Actuellement le prototype a atteint 170 mph, soit 270 km/h, mais le but ultime est de « pulvériser » le record obtenu par Max Biaggi sur la Voxan Wattman établi à 228,05 mph, soit 366 km/h. Tous les constructeurs de motos électriques explorent des idées pour l’avenir, et le design radical de WMC pourrait être une solution technique à adopter.