C’est à une neuvième place honorable qu’Aleix Espargaró a bouclé son Grand Prix d’Espagne, une édition qui marquait son 200ème départ de carrière en Grand Prix. Pas si mal mais l’officiel Aprilia veut plus avec une RS-GP aux bonnes dispositions qu’il aimerait concrétiser plus haut dans le tableau. Surtout qu’à Jerez, on a vu une KTM pilotée par son frère le titiller. Au lendemain du meeting andalous, il a remis le collier pour des tests. Et il y avait du pain sur la planche.

Chez Aprilia, on a mis les petits plats dans les grands pour des tests à Jerez terminés à une bonne quatrième place, à moins de quatre dixièmes de la Yamaha officielle de tête menée par Maverick Viñales. Au guidon de la RS-GP, l’Espagnol a en effet testé un bras oscillant, de nouveaux paramètres électroniques ainsi que des prises d’air dirigées en direction du réservoir. Le pilote Aprilia s’est aussi penché sur le carénage aérodynamique en fin d’après-midi. Le tout sans oublier la mise à l’épreuve des fameux pneus Michelin à carcasse rigide.

Une belle journée de travail puisqu’Aleix a été le seul, avec le trio de tête, à être en mesure de revendiquer un chrono en dessous des 1’39 au tour. « On a effectivement essayé plein de choses » a commenté l’équipier d’un Sam Lowes encore loin du compte. « Le plus important était de stabiliser l’avant sur les freinages. C’est contre quoi on se bat depuis le début de la saison. La moto est sous contrôle en appui, mais lorsque vous relâchez les freins, elle se désunit ».

Un écueil que les pneus Michelin tendance 2016 a tendance à gommer : « avec la carcasse plus rigide, c’est mieux, la stabilité est plus grande et le poids reste sur le pneu. On a essayé des choses sur le cadre pour éprouver sa rigidité. On a passé au crible un carénage. Ces essais ont été productifs par des températures un peu plus élevées que lors de la course ».

Maintenant, si Aleix Espargaró quitte Jerez avec un avis tranché, c’est bien sur les pneus : « avec un pneu à carcasse plus tendre, les températures sont toujours élevées. Qu’importe su la gomme est dure ou tendre. Avec la carcasse plus rigide de l’an dernier, les choses vont bien mieux. Je suis plus à l’aise, sans aucun doute ».

« Sur les freinages, la moto est plus stable, ce qui veut dire que notre souci actuellement est le pneu. Nous sommes totalement dépendants du pneu.  J’espère pouvoir utiliser à l’avenir le pneu 2016 ». Apparemment, ce sera au mieux pour le Mugello, si une majorité du plateau est d’accord et après validation de la commission de sécurité.

#JerezTest : Chronos

1. VIÑALES Maverick, Movistar Yamaha, 1:38.635 min
2. MARQUEZ Marc, Repsol Honda, +0.002 sec
3. PEDROSA Dani, Repsol Honda, +0.081
4. ESPARGARO Aleix, Aprilia, +0.364
5. DOVIZIOSO Andrea, Ducati, +0.395
6. LORENZO Jorge, Ducati, +0.489
7. CRUTCHLOW Cal, LCR Honda, +0.684
8. BARBERA Hector, Reale Avintia Ducati, +0.825
9. ZARCO Johann, Monster Yamaha Tech3, +0.893
10. REDDING Scott, Octo Pramac Ducati, +0.901
11. MILLER Jack, EG 0,0 Marc VDS Honda, +0.913
12. RABAT Tito, EG 0,0 Marc VDS Honda, +0.941
13. IANNONE Andrea, Suzuki Ecstar, +1.019
14. FOLGER Jonas, Monster Yamaha Tech3, +1.162
15. PETRUCCI Danilo, Octo Pramac Ducati, +1.244
16. ESPARGARO Pol, Red Bull KTM, +1.324
17. SMITH Bradley, Red Bull KTM, +1.476
18. TSUDA Takuya, Suzuki Ecstar, +1.528
19. BAZ Loris, Reale Avintia Ducati, +1.742
20. KALLIO Mika, Red Bull KTM, +1.747
21. ROSSI Valentino, Movistar Yamaha, +1.828
22. LOWES Sam, Aprilia, +1.937
23. GUINTOLI Sylvain, Suzuki Ecstar, +2.625



Tous les articles sur les Pilotes : Aleix Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini