Tout au long de l’année nous sommes allés à la rencontre de jeunes pilotes des catégories Moto2 et Moto3 qui, discrètement mais sûrement, progressaient dans leur catégorie. A présent que la saison est terminée, il est temps de dresser leur bilan.


2018 a été l’occasion pour nous de mettre en avant de jeunes pilotes des petites catégories du Mondial afin de vous présenter leur parcours et leur jeune carrière. Bien que discrets, ils progressaient très vite depuis quelques temps et nous tenions à en parler.

Au terme de cette saison, quels résultats ont-ils décrochés ? Ont-ils atteint leurs objectifs ? Où seront-ils la saison prochaine ?

MOTO2

La belle surprise de notre série de portraits est venue d’Augusto Fernández (voir son portrait). Arrivé dans le Championnat seulement à partir du Grand Prix de Barcelone pour remplacer définitivement Héctor Barberá au sein du team Pons HP 40, l’Espagnol de 21 ans a impressionné. Bien qu’il ait commis quatre erreurs durant sa saison, il a terminé toutes les autres courses dans les points et s’est clairement rapproché du podium vers la fin. Ses superbes quatrième et sixième places en Australie et au Japon en témoignent. Fernández restera dans l’équipe Pons en 2019 et devrait logiquement jouer aux avant-postes. C’est en tout cas son objectif.


Iker Lecuona (voir son portrait) a été l’autre belle surprise de la catégorie. Le jeune espagnol de seulement 18 ans est monté en puissance tout au long de la saison et a fini par décrocher le premier podium de sa carrière à Valence. Tout comme Fernández, il a commis quatre erreurs cette année mais a eu plus de mal à se maintenir dans les points, ce qui était son objectif. Il est néanmoins parvenu à décrocher six tops 10 ainsi qu’une première ligne en qualifications au Japon et a acquis l’expérience qu’il recherchait pour viser la victoire l’an prochain. Il continuera d’ailleurs dans son équipe, le SWISS INNOVATIVE INVESTORS qui devient l’American Team.


Enfin, nous avons rencontré Andrea Locatelli (voir son portrait), coéquipier de Mattia Pasini dans le team Italtrans. Pour sa seconde année dans la catégorie, l’Italien de 22 ans a beaucoup progressé et terminé treize courses dans les points. Cependant, il souhaitait viser mieux en entrant régulièrement dans le top 10, chose qu’il n’est parvenu à faire qu’à quatre reprises. Toujours chez Italtrans la saison prochaine, nous verrons s’il parviendra à être plus régulier.


MOTO3

Bien que discret, Albert Arenas (voir son portrait) a été l’une des révélations de cette année 2018. Vainqueur au Mans puis à Phillip Island pour la première fois de sa carrière, l’Espagnol de 22 ans a réalisé sa meilleure saison en entrant de plus à cinq reprises dans le top 10. Presque toujours aux avant-postes en course, il a eu du mal à concrétiser en début d’année et a finalement pu montrer son talent à partir de la mi-saison. Après avoir terminé 35ème puis 26ème du Championnat en 2016 et 2017, il a fait un véritable bond au classement cette année en terminant 9ème. Il devrait logiquement être un adversaire pour le titre en 2019 avec son team Ángel Nieto.


Juste derrière Arenas au Championnat on retrouve Marcos Ramírez (voir son portrait) qui a beaucoup progressé en deux saisons. Auteur de deux podiums à Jerez puis au Mans ainsi que de six tops 10, le pilote de 21 ans n’est pourtant pas satisfait de sa saison. Il arrivera l’an prochain dans l’équipe Leopard Racing, l’une des plus importantes de Moto3 et devrait donc se battre pour le titre. C’est en tout cas son objectif.


Ayumu Sasaki (voir son portrait) n’a, de son côté, pas eu de chance cette année. Victime de problèmes avec sa moto et d’erreurs personnelles, il a ensuite été percuté à Misano et s’est cassé le poignet. Lui qui était en nette progression a été stoppé net. Malgré cela, le Japonais de seulement 18 ans est entré à huit reprises dans les points dont cinq fois dans le top 10, en plus de s’être qualifié en première ligne au Mugello et à Phillip Island. Soutenu par la structure Petronas, il a retrouvé confiance et on lui souhaite de pouvoir se battre enfin aux avant-postes en 2019, ce qui est son but.


Enfin, nous avons rencontré deux rookies de 17 ans, l’Italien Dennis Foggia (voir son portrait) évoluant dans l’équipe Sky VR46, et l’Espagnol Alonso López (voir son portrait), roulant pour la structure Estrella Galicia 0,0. Foggia a terminé à six reprises dans les points dont 3 fois dans le top 10 et a surtout décroché le tout premier podium de sa carrière, dès sa première saison, en Thaïlande. De son côté, López l’a virtuellement décroché à Jerez avant d’être pénalisé et de terminer quatrième. Il est également entré à trois reprises dans le top 10. L’un comme l’autre ont commis six erreurs cette saison, néanmoins l’Italien a été plus régulier. Ils resteront tous les deux dans leur équipe l’an prochain et, après une aussi belle première saison, on devrait les retrouver plus souvent aux avant-postes.

Tous les articles sur les Pilotes : Albert Arenas, Alonso Lopez, Andrea Locatelli, Ayumu Sasaki, Dennis Foggia, Iker Lecuona, Marcos Ramirez

Tous les articles sur les Teams :