La nouvelle donne technique en vigueur en Moto2 cette année n’y aura rien changé. Pour gagner dans cette catégorie, mieux vaut rouler avec un châssis allemand Kalex. Ce dernier a même métamorphosé des pilotes qui, jusque-là, avaient été contraints de s’en passer. Il n’y a qu’à regarder la prestation d’un Remy Gardner au Qatar pour s’en convaincre. Un premier rendez-vous de la saison qui a fait passer le cap des 100 victoires absolues à l’enseigne allemande

Lors de l’ouverture de la saison en Moto2, Kalex ne s’en est pas laissé compter. Les dix meilleurs pilotes étaient assis sur les châssis de la localité de Bobingen, en Bavière, près d’Augsbourg. Le pilote de Pons, Lorenzo Baldassarri, a remporté la 100e victoire d’un nom qui répartit son palmarès comme suit : 97 réalisations en Moto2 et trois en Moto3.

Au cours de la saison 2019, Kalex continue de se concentrer entièrement sur la classe intermédiaire, qui est sa référence depuis de nombreuses années. L’année dernière, Kalex a remporté le championnat des constructeurs pour la sixième fois consécutive. Depuis 2013, Kalex a toujours équipé le champion du monde. La première réalisation est arrivée en 2011 avec Stefan Bradl. La majorité du plateau Moto2 sera équipée en Kalex, cette saison, bien que les cartes aient été redistribuées en raison des nouveaux moteurs Triumph.

Commencer la nouvelle saison et la nouvelle ère avec la 100e victoire avec les moteurs Triumph est formidable et spécial, bien sûr“, a déclaré Alex Baumgärtel, PDG de Kalex. “Nous étions plus tendus que lors de notre première course en 2010, lorsque nous sommes entrés en Moto2 en tant que débutants. Avec le nouveau moteur Triumph, chaque constructeur a commencé avec une feuille blanche et la lourde tâche de définir le bon châssis.  C’était il y a un an. Une fois que les décisions sur la configuration de la nouvelle machine sont faites, vous les assumez  jusqu’à la première course. ”

Les résultats des tests sont juste un indicateur. Vous n’avez pas de certitude. La première course a donc été un grand soulagement pour nous, car nous avions constaté une bonne performance globale de nos pilotes et de nos équipes au Qatar“, a déclaré Baumgärtel. “Nos remerciements à tous les pilotes et techniciens pour le travail de test effectué durant la pré-saison.”

Nous sommes fiers d’avoir pu prouver nos capacités et amorcer la saison avec un groupe restreint et efficace de sept personnes. 2018 a été une année difficile et épuisante pour nous. Nous avons travaillé sur la mise au point des Triumph Moto2 tout en continuant avec les motos équipées du moteur Honda, mais c’était la même chose pour tous les concurrents “, a déclaré le responsable Kalex.

Ce début de saison a aussi révélé des troupes KTM en demi-teinte. Le favori du Championnat du Monde, Brad Binder, n’était que douzième à Losail. “Le Qatar n’a pas été facile à comprendre, les conditions de piste ont beaucoup changé d’une session à l’autre mais, rétrospectivement, elles ont été très instructives“, a commenté Baumgärtel.

Il y a de la marge de progression dans presque tous les domaines. Tout le monde vient de commencer. Triumph a fait un travail remarquable. Ce nouveau moteur associé à l’électronique intégrée de Magneti Marelli est définitivement un atout pour le Moto2. Je pense que nous réaliserons des temps encore plus rapides et les pilotes seront encore mieux préparés à monter en MotoGP “, a déclaré le PDG de Kalex.

Tous les articles sur les Pilotes : Lorenzo Baldassarri

Tous les articles sur les Teams : Pons HP 40