De Paolo Gozzi / Corsedimoto.com

Jonathan Rea vient d’encaisser sa quatrième défaite d’affilée. Il parle à nouveau de la puissance excessive de la Ducati et de son contact avec Bautista : “Dépassement tout à fait normal”.

Jonathan Rea reste calme, mais cela montre qu’il est très énervé. Ici, à Buriram, il avait gagné six fois et malgré une amélioration de dix secondes ( ! )  sur la distance par rapport à l’année dernière, il n’a pu défendre ses chances que durant la moitié de la course. Quand la Ducati l’a dépassé dans la ligne droite, Jonathan Rea et Kawasaki ont déposé leurs armes (voir le compte-rendu et le classement). Álvaro Bautista a été 18 secondes plus rapide que Rea en 2018 sur les 20 tours de la course. Monstrueux.

“Je ne suis pas technicien, mais je crois qu’il y a une différence de 20 chevaux. Vous pouvez regarder les courses, et vous aurez une idée. Je ne pense pas que nous soyons sur un pied d’égalité.”

Bautista dit que vous l’avez visé, comme en motocross…

“C’était un dépassement normal. Il s’est écarté, j’ai vu de l’espace et je me suis glissé dedans. J’ai entendu dire qu’il m’a touché, mais je ne pense pas qu’il y ait quelque chose à dire.”

Vous avez des raisons de vous plaindre ?

“Non. La moto était bien, l’équipe a fait du bon travail et j’ai aussi atteint la limite. Mais on ne peut pas faire vingt tours comme ça : quand j’ai vu que je n’étais même pas capable de garder l’aspiration en ligne droite, j’ai arrêté. Sur la longue distance, battre la Ducati est impossible.”

Est-ce que cela veut dire que la course de sprint pourrait être une autre histoire ?

“Peut-être. Pendant dix tours, je peux garder une intensité élevée, jouer chacun d’entre eux au maximum. Je suis prêt à me battre, je ne vais pas reculer.”

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

Paolo Gozzi

 

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :