Avec 287 Grands Prix à son actif, le Suisse Tom Lüthi est le pilote le plus expérimenté de la catégorie Moto2. Mais ses départs sont étalés sur quatre catégories, dont 155 en Moto2 où il doit céder la palme de l’expérience à Simone Corsi qui a figuré 163 fois sur une grille dans cette classe.

Né à Oberdiessbach le 6 septembre 1986, Lüthi a remporté 17 victoires en 125 cm3 et 12 en Moto2. Champion du Monde 125 sur Honda en 2005, et il a terminé deuxième du Championnat du Monde Moto2 en 2016 et 2017, ce qui lui valait logiquement une place en MotoGP en 2018. Sur une Honda du team EG 0,0 Marc VDS, il terminait alors dernier du Championnat du Monde de cette catégorie avec 0 point, ce qui lui valait un retour en Moto2 en 2019.

L’an dernier, il s’imposait à Austin sur une Kalex de l’équipe Dynavolt Intact GP, terminait quatre fois deuxième et trois fois troisième, ce qui lui valait au final la troisième place mondiale. Álex Márquez et Brad Binder étant partis en MotoGP, il avait la voie théoriquement libre cette année, mais a dû se contenter de la dixième place lors de l’unique GP disputé cette saison au Qatar. C’est la dix-neuvième saison de Tom en mondial.

Tom, tout d’abord les questions les plus importantes : Comment allez-vous ? Êtes-vous en bonne santé ? La famille aussi ?

« Oui, merci, je vais bien. Tout le monde est en bonne santé. Je vais bien”, a expliqué Tom à Günther Wiesinger de Speedweek.com.

« Bien sûr, les courses me manquent. Mais pour l’instant, je peux m’occuper et je peux bien m’entraîner. Jusqu’à présent, tout va bien. »

Comment les restrictions vous affectent-elles personnellement ? Avez-vous un balcon ? Ou un jardin où vous pouvez faire du sport ?

« Je dois dire que dans cette situation, j’ai l’option luxe, car je vis vraiment à la campagne à Linden. Je vis dans ma maison avec un jardin, je peux aller dehors, je peux faire du VTT et ainsi de suite sans voir personne. Heureusement, je peux me déplacer librement ici. »

Avec la famille, gardez-vous une distance d’un ou deux mètres avec vos parents et vos sœurs ?

« Oui, nous nous voyons toujours, nous avons des contacts, nous nous rencontrons, mais nous respectons les règles. Nous essayons de ne pas nous asseoir trop près les uns des autres. Je dis aussi à mes parents de faire attention. »

Comment se tenir informé des évolutions du sport mécanique ? Entre-temps, les quatre Grands Prix ont tous été reportés au Qatar, certains d’entre eux pour une durée indéterminée. Même au Mans, où vous avez déjà gagné quatre fois.

« Quand le confinement a commencé ici en Suisse, j’ai vraiment regardé beaucoup la télévision et lu beaucoup de choses sur ce qui se passe et où. »

« À un moment donné, j’en ai eu assez de ce flot d’informations. C’était tout simplement trop. »

« Je suis ensuite passé à d’autres choses. Je me suis entraîné plus intensivement. Je travaillais aussi autour de la maison. J’ai construit et bricolé et je ne me suis pas autant tenu informé. »

« Maintenant, je m’informe une fois par jour; je sais alors ce qui se passe et à quoi cela ressemble. C’est mieux. Il ne faut pas se rendre fou. »

« Vous devez tout de même essayer de garder la tête froide. C’est relativement difficile dans cette situation. »

Recommencer l’entraînement n’est pas vraiment le bon système car on ne peut jamais garder le niveau supérieur de mars à fin novembre. De plus, vous ne pouvez pas vous attendre à des courses avant le mois d’août.

« Oui, c’est vrai. Exactement. Je ne peux pas le planifier. Je suis toujours en contact avec mon entraîneur, nous nous consultons. Il nous reste probablement – ou certainement – beaucoup de temps avant le redémarrage.

« Mais il faut être prudent. Parce que soudainement, vous vous mettez à courir – et puis vous êtes fatigué parce que vous vous êtes trop entraîné et trop intensivement. C’est une question importante.

« Mais il est impossible que nous soyons en course au Mugello le 31 mai. Il faudra encore un certain temps avant de pouvoir revenir sur la piste. »

« D’ici là, je vais mettre en place des blocs d’entraînement intensif et entre-temps, je vais redescendre et me régénérer. Vous ne pouvez pas négliger la récupération à ce stade. Un simple entrainement, cela n’a aucun sens. Il doit s’agir d’un bon mélange. »

Le Chancelier autrichien Kurz a déclaré hier : « Tant qu’il n’y aura pas de vaccin, les interdictions de voyager resteront en vigueur. » Parce que les Finlandais, par exemple, n’autoriseront pas les Italiens, les Français ou les Espagnols à entrer en juillet. »

« Bah… (Il soupire). Oui, j’en suis conscient. Mais je dois penser positivement. C’est pourquoi j’espère vraiment que nous pourrons encore organiser un Championnat du Monde cette année. Pour que nous puissions rester en contact avec les sponsors et continuer à travailler avec eux. Nous devons essayer cela. »

« Mais il est difficile d’estimer le nombre réel de cas dans les différents pays. Les chiffres sombres sont probablement très élevés. »

« Néanmoins, j’essaie de rester fort mentalement. Je ne dois pas me laisser tomber dans un trou. C’est pourquoi je me prépare comme si la saison reprenait en été. Comment et quand cela arrivera, nous devons faire confiance à Dorna. »

 

 

Source : Speedweek.com

Photos © Liqui Moly Intact GP



Tous les articles sur les Pilotes : Thomas Luthi