Père de Phillip Öttl, qui pilote actuellement une ZX-6R pour l’équipe Kawasaki Puccetti Racing en Supersport, Peter dirige avec Max Biaggi leur team commun Sterilgarda Max Racing Team. Pour cette équipe, Alonso López a brillamment terminé troisième du Grand Prix du Qatar sur sa Husqvarna, tandis que son coéquipier Romano Fenati finissait treizième à Losail.

Peter a une grande expérience de la compétition, né le 24 mars 1965 à Berchtesgaden, et ayant disputé 111 Grands Prix entre 1986 et 1997 en 80 et 125 cm3, avec à son crédit 5 victoires et 20 podiums. Son fils Phillip ne marquait hélas aucun point début mars à Phillip Island en raison d’un abandon causé par une chute sans gravité dans le deuxième virage.

Après avoir été inquiet en raison de la situation sanitaire, Peter se réjouit de l’évolution favorable avec quatorze Grands Prix, dont un déjà disputé à Doha. « Il y a deux mois, la situation était complètement floue » a expliqué le Bavarois à Günther Wiesinger de Speedweek.com. « Nous ne savions pas comment la possibilité de voyager allait évoluer, nous ne savions pas non plus comment lutter au mieux contre la pandémie en premier lieu. Dieu merci, beaucoup de choses ont été bien faites, nous sommes sur la bonne voie. »

« On peut certainement espérer que les choses continueront dans cette direction positive. Mais on ne peut jamais être complètement sûr. De ce point de vue, nous sommes tous heureux que nous ayons maintenant 14 Grands Prix sur notre calendrier, y compris le Qatar, peut-être même plus. »

« Mais ces 14 seraient acceptables, car les courses outremer ne sont tout simplement pas possibles dans la situation actuelle. Il serait peut-être préférable de s’en passer de toute façon pour des raisons de santé. Avec 14 courses, nous aurions encore un bon Championnat du Monde. »

« Les courses outremer sont extrêmement coûteuses. C’est pourquoi je suppose que la plupart des équipes seraient heureuses de ne pas y avoir de GP. Parce que les revenus émanant des sponsors seront certainement plus faibles. 14 courses, dont 13 en Europe, ce serait un bon compromis. »

Afin de réduire les coûts, tous les essais privés supplémentaires ont été interdits pour cette saison en Moto3 et Moto2.

« Le but est de réduire les coûts. Et je suppose que les motos survivront à plus de 30 courses, en incluant 2021. Après tout, bien qu’elles soient normalement vendues après une saison de GP, elles seront ensuite utilisées dans d’autres séries de courses internationales ou nationales. Deux années de GP avec une seule moto ne posent donc aucun problème, car les motos sont toujours entretenues. »

« Toutes les pièces sont remplacées régulièrement, il y a des intervalles d’entretien pour les moteurs après un certain nombre de kilomètres. L’objectif est que les équipes n’aient pas à acheter de nouvelles motos l’année prochaine. »

« Comme l’homologation pour 2021 est la même que pour 2020, cela est faisable. Les fabricants peuvent désormais proposer des pièces de rechange appropriées sur une plus longue période. Ils pourront donc aussi vendre plus de pièces aux équipes. Ce n’est donc pas une si mauvaise solution pour les fabricants. Bien sûr, il y aura d’autres développements à un moment donné. Mais pour la prochaine saison et demie, tout restera pareil. »

« Les constructeurs et les équipes peuvent certainement faire du développement sur ordinateur, et ils peuvent apporter des améliorations. Vous pouvez travailler en toute sécurité sur les éléments de suspension. Mais le châssis, l’aérodynamique et le moteur doivent rester inchangés jusqu’à la fin de 2021. Ces pièces de performance ne doivent pas être modifiées. Jusqu’à présent, vous pouviez modifier l’aérodynamique et le châssis une fois par an en les actualisant. Cela n’est plus autorisé pour une durée d’un an et demi. »

Peter Öttl et Max Biaggi

Photos © Sterilgarda Max Racing Team, Motogp.com / Dorna



Tous les articles sur les Pilotes : Alonso Lopez, Romano Fenati

Tous les articles sur les Teams : Max Racing Team