Il était attendu au tournant au Qatar, qui marquait son retour du purgatoire. Romano Fenati a été voué aux gémonies, mis au ban de la société des pilotes, lapidé sur les réseaux sociaux, mais le voilà en mesure de renaître de ses cendres. Le team Snipers, qui l’avait viré après l’affaire de Misano en Moto2, l’a repris. Le directeur de l’équipe Stefano Bedon explique ce retour, ses conséquences et ses enjeux. A l’écouter, il n’y a pas que la crédibilité de Fenati qui est en jeu.

L’équipe de Snipers a donc donné une nouvelle chance à Romano Fenati dans le Championnat du Monde Moto3. Mais elle n’a pas été la seule à prendre cette décision qui a coûté. Après le scandale de Misano en 2018, où Romano Fenati a pris le frein avant de Stefano Manzi en plein Grand Prix de San Marino, la carrière du dix fois vainqueur en Grand Prix était terminée. Suspension, expulsion, résiliation du contrat… Mais l’équipe de Snipers, pour qui l’Italien a piloté en 2017 et 2018, s’est rapproché de son fougueux poulain pour le ramener dans le Championnat du Monde Moto3, version 2019.

Stefano Bedon, directeur de l’équipe Snipers, et Mirko Cecchini, propriétaire de l’équipe, croient en Fenati. Ils avaient pourtant signé un contrat avec Makar Yurchenko. Le Kazakh était – avec l’aide de Dorna – au guidon de la KTM BOE Skull Rider Mugen Race au Qatar. « A Sepang, nous avons discuté en octobre de ce que nous pourrions faire pour Romano car sa carrière aurait été terminée », a déclaré Bedon. « Nous avions déjà signé un contrat avec Yurchenko, mais le PDG de Dorna, Ezpeleta, nous a dit qu’il insistait pour que Romano reste dans le championnat. Romano lui avait dit que, s’il devait revenir, ce serait pour nous rejoindre parce qu’il se sentait à l’aise dans notre équipe. Dorna nous a donc aidés à intégrer Yurchenko à une autre équipe ».

Cependant, cette décision n’a pas été sans conséquences pour l’équipe de Snipers… « C’était une situation épouvantable pour nos sponsors, car certains considéraient Romano comme un monstre et nous avons perdu beaucoup de soutien. Cette année, tout est nouveau et très difficile, mais il était important de lui donner une autre chance. Il n’a que 23 ans – il n’est pas trop vieux pour changer. »

Fenati a même reçu des menaces de mort à la suite de l’incident peu glorieux de Misano – Bedon connaît le défaut de son pilote : « Romano est un très bon garçon. Son problème est que quelques minutes de sa vie, il est trop impulsif. Nous lui en parlons beaucoup. Non seulement nous, il en a également parlé à des spécialistes pour résoudre le problème. Notre équipe a un entraîneur mental très intelligent – pas seulement pour Romano, mais pour nous tous », a déclaré le responsable de l’équipe.

Bedon continue : « cette année, Romano a complètement changé. C’est pourquoi il avait « reboot » sur sa combinaison en cuir pour se rappeler et à tous les autres qu’il s’agissait d’un redémarrage complet. C’est une personne différente, mais nous devons voir cela sur la piste. Il ne faut pas oublier qu’en 2017, il était l’un des pilotes les plus corrects – il n’a pas eu de pénalité. Cette saison, il est important qu’il reste calme lorsqu’un autre coureur le défie ».

Il insiste sur le fait que Romano est un grand talent : « le Moto3 n’est pas sa classe, il appartient au MotoGP. D’après les données, on peut voir qu’il est un conducteur très, très intelligent. Nous voulons gagner le Championnat du Monde Moto3 et l’amener en MotoGP. »

Lors de la première course de la nouvelle saison, Fenati a même été peu trop correct : sur le circuit international de Losail, il a été le premier pilote à prendre le détour par le “Long Lap Penalty“, alors qu’il n’avait pas à le faire : le directeur de la course l’avait seulement averti d’un franchissement en dehors des limites de la piste. Un excès de zèle qui l’a contraint à une modeste neuvième place alors qu’il jouait la victoire lors de la course d’ouverture en Moto3…

Tous les articles sur les Pilotes : Romano Fenati

Tous les articles sur les Teams : Snipers team