Parmi les pilotes qui doivent tirer les leçons de la saison 2019 pour ne plus les reproduire en 2020, il y a un Danilo Petrucci qui jouera sa place en tant qu’officiel Ducati. La montée en grade de Petrux a été encouragée par un Dovizioso qui avait convaincu son employeur d’un duo équilibré, uni pour la même cause et à l’abris de tout accroc. En conséquence, les points devaient s’ajouter et non plus se partager pour assurer une marche sereine vers la félicité. Au moment de faire le bilan, ce n’est pas vraiment ce qui s’est passé puisque, chez Ducati, en 2019, on est fanny. Avec, qui plus est, un Petrucci qui a perdu pied dès la seconde partie de saison…

Chez Ducati, on a terminé l’année 2019 sans le moindre lot de consolation. Pas de titre pilote, pas de couronne chez les constructeurs, aucune médaille d’or parmi les teams et même pas celle en chocolat des meilleurs privés en Desmosedici. On est très loin des ambitions initialement affichées tandis que Danilo Petrucci semble comme être le symbole de ces désillusions. Son parcours encourage même à se focaliser sur son cas.

Au début du mois de juin, Danilo Petrucci a réalisé le rêve de sa vie. L’Italien a ainsi remporté la course à domicile au Mugello en tant que pilote d’usine Ducati. C’était sa toute première victoire en Grand Prix et devant ses compatriotes. Deux semaines plus tôt, Petrucci était troisième du podium au Mans. Deux semaines après le Mugello, il était également troisième sur le podium à Barcelone.

Une série de bons résultats qui a convaincu l’usine de Borgo Panigale de renouveler son contrat pour une nouvelle année. Mais après cette signature acquise, Petrucci a décliné. Une quatrième place au Sachsenring a été le seul résultat positif.

Certains prétendent qu’il y a une relation directe entre cette perte de vitesse et le moment où l’avenir a été assuré. Mais Paolo Ciabatti, le directeur sportif préfère voir ça comme une coïncidence : « je pense que ce n’est que pur hasard si les réalisations de Danilo après la prolongation de son contrat n’étaient plus les mêmes qu’avant. » Et il rappelle : « Jorge Lorenzo a commencé à gagner avec Ducati après avoir décidé de changer de constructeur. »

« Danilo a parfaitement démarré la saison, puis il a terminé sur le podium trois fois de suite, y compris avec la victoire fantastique au Mugello, et il a fait une bonne course au Sachsenring. Mais les choses ont un peu changé après. On a travaillé pour qu’il retrouve la même confiance en lui qu’au début de la saison, mais cela n’a pas encore abouti » termine le même Ciabatti.

Qu’en pense le pilote ? « J’ai commencé la saison avec beaucoup d’énergie. C’était ma première année en tant que pilote d’usine. J’étais peut-être un peu fatigué en août, j’étais aussi sous pression parce que j’étais troisième au championnat. Puis de petites erreurs se sont produites lors des essais et des qualifications. Il n’y a pas eu de résultats, ce qui a bien sûr ajouté une pression supplémentaire ».

Avec une taille de 181 centimètres et un poids de 78 kilos, Petrucci est l’un des pilotes les plus grands et les plus lourds sur le terrain. À titre de comparaison, son coéquipier Andrea Dovizioso pèse 67 kilos et mesure 167 centimètres. « Danilo a un style de pilotage spécial en raison de sa taille et de son poids », a déclaré Ciabatti. « Dans certaines conditions, l’usure de ses pneus en souffre plus que pour les autres pilotes. »

L’année dernière, Petrucci s’est pourtant physiquement préparé pour son opportunité dans l’équipe d’usine. « J’ai changé mon programme d’entraînement, cela fonctionnait dans la première moitié de la saison et en août j’étais un peu fatigué à Brno », admet-t-il rétrospectivement. « J’ai eu beaucoup de problèmes avec la moto aussi, le sentiment n’était pas le même qu’au début de la saison ». A cela s’ajoutait la pression. « Dans la première moitié de la saison, je n’avais aucune attente, dans la seconde oui. Bien sûr, je ne suis pas satisfait de la seconde moitié de la saison, mais je me suis battu pour le top 5. Je ne sais pas combien de personnes me voyaient comme un candidat à la victoire, ou même monter sur le podium et terminer troisième du championnat. C’est la pression normale d’un pilote d’usine. J’ai tiré les leçons de mes erreurs et je prévois de devenir meilleur l’année prochaine » assure Petrux.

Finalement, Petrucci a terminé la saison à la sixième place au classement général. Mais il bénéficie toujours du soutien de Ducati. « Danilo est un pilote qui peut se battre pour les podiums et les victoires et nous devons nous assurer de le ramener au niveau de son début de saison », a déclaré Ciabatti. « Nous lui faisons confiance et travaillons pour que cela se reproduise. » Pendant ce temps, Jack Miller progresse et, a priori, Johann Zarco va être un membre du clan Ducati…

 



Tous les articles sur les Pilotes : Danilo Petrucci

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team