C’est dix ans après avoir remporté le titre mondial en 125 cm3, en 1989, sur une JJ Cobas-Rotax que Crivillé obtint la plus haute récompense en 500 cm3 sur une Honda préparée par l’équipe dirigée par le technicien français Gilles Bigot. Après dix ans sur Honda NSR500, Crivillé dût mettre fin à sa carrière fin 2001.

Crivillé n’a pas pu commencer la saison 2002 en raison de problèmes de santé. Il a déclaré lors d’une conférence de presse fin 2001 que « j’ai été contraint de faire une pause dans ma carrière sportive en raison de problèmes physiques. Depuis 1999, je souffre d’une maladie qui me fait perdre temporairement conscience de temps en temps. »

« Ce n’est pas grave, mais après avoir consulté les meilleurs spécialistes dans ce domaine, on m’a conseillé d’arrêter de rouler pendant un certain temps, de prendre le temps de me détendre et de subir les tests nécessaires. » Il a déclaré qu’il n’avait pas l’intention de prendre sa retraite et qu’il s’agissait simplement d’une pause nécessaire pour des raisons médicales.

Cependant, le 5 mai 2002, Crivillé, alors âgé de trente-deux ans, tenait une conférence de presse émouvante le deuxième jour des qualifications du Grand Prix d’Espagne, où il annonçait sa retraite du sport, invoquant sa maladie comme raison : « J’aurais aimé continuer, mais je suis arrivé à la conclusion que je devais prendre ma retraite. » Il devenait ensuite un des consultants les plus appréciés de la télévision espagnole, comme Ángel Nieto.

En revenant sur ses années en 500, Álex a estimé à Motogp.com que « J’aurais aimé hériter du caractère de Mick Doohan. C’était un pilote très dur. Il se nourrissait de pain et de raisins tout au long de la journée. Il mangeait des fruits au petit déjeuner et, tout au long de la journée, il mangeait du pain et des fruits. »

Crivillé a déclenché plus d’une fois le délire des aficionados dans les tribunes de Jerez et d’ailleurs en Espagne, mais ce sera plus calme cette année, sans spectateurs. « La première course sera certainement étrange sans spectateur », a-t-il déclaré, en prévision du 19 juillet, date à laquelle la saison débutera en Andalousie.

« Les pilotes sont prêts. Ils peuvent s’entraîner à la maison et ils sont en forme. Je ne pense pas que ce sera un problème pour eux. »

Concernant le Honda RC213V que ses compatriotes Marc et Álex Márquez ont fait rouler lors des tests du Qatar en mars dernier, « En mars, la moto n’était peut-être pas tout à fait prête, mais elle a du potentiel » a estimé Criville.

« Le moteur est meilleur que celui de Yamaha et Suzuki et peut-être de Ducati. Il est difficile de tourner sur cette moto parce que le moteur n’est pas facile à piloter. Mais je pense que Honda sera prêt. »

Crivillé connaît très bien l’équipe. Il est également clair pour lui qui seront les principaux challengers de Marc : « Maverick Viñales et Fabio Quartararo seront les plus grands rivaux de Marc. »

« Je ne sais pas si la Yamaha est la meilleure moto, mais ils ont tous les atouts pour être devant. Déjà parce que la moto est agréable à conduire. »

Photos © Motogp.com / Dorna, Repsol Media



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo, Marc Marquez, Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team