Joan Mir revient du Grand Prix d’Allemagne avec le sentiment d’avoir tout donné pour une neuvième place au guidon d’une Suzuki qui semble comme figée depuis l’an passé. Pourtant, le Champion du Monde en titre dit que ça travaille dur sur la GSX-RR. Mais peut-être pas aussi vite que prévu. Sur le Sachsenring, il a vu que sa talentueuse partition habituelle ne suffisait plus pour faire la différence. La trêve estivale se devra d’être studieuse du côté d’Hamamatsu…

Joan Mir s’état qualifié triste seizième, mais avec sa hargne qu’on lui connait et avec laquelle il a construit son titre en 2020, il est remonté jusqu’au top 10, sur un tracé du Sachsenring qui n’offre que de très peut d’occasions de dépasser son adversaire.

Sur ce plan, le Majorquin n’a rien à se reprocher. Mais il ne peut refouler à l’heure du bilan une inquiétude au sujet du niveau de sa moto par rapport à la concurrence… « C’était une course difficile », a déclaré Joan Mir dimanche soir en Saxe. « Je ne me sentais pas si mal avec la moto, au début j’ai gagné beaucoup de places, j’arrivais depuis la 16ème place sur la grille. Ce n’était pas facile de doubler sur cette piste, c’était un travail difficile ».

« Quand j’étais derrière le groupe, c’est devenu vraiment difficile pour moi » reconnait-il. « Je n’avais plus rien pour être honnête. J’ai poussé, mais ils étaient tout simplement plus rapides que nous », a sobrement déclaré le champion en titre. « Nous devons juste en tirer des leçons, emporter les bonnes informations avec nous et réessayer la prochaine fois. Globalement, ce fut un week-end très difficile, plus difficile que prévu. J’ai souffert en course. J’ai fait ce que j’ai pu », a résumé le Majorquin.

Le secteur 4 était le plus gros problème de la GSX-RR sur les 3.671 km du Sachsenring, et il n’a pas pu être résolu le jour de la course. « Nous avons tout amélioré un peu, nous avions le meilleur package que nous puissions mettre en place ici sur cette piste et avec ces pneus pour le moment. Dans le dernier virage j’ai pu voir où était le problème dans le dernier secteur : c’était un peu frustrant car j’ai beaucoup perdu dans la phase d’accélération et je n’ai pas pu attaquer ou me défendre sur les freins. Mais nous travaillons dur », a assuré l’officiel Suzuki.

Joan Mir

Joan Mir analyse les KTM et Marc Marquez

Alors que le pilote et champion du monde par équipe de l’an dernier se débattait, Honda et Marc Márquez sont revenus avec une victoire. Miguel Oliveira et Brad Binder ont soutenu simultanément les progrès de KTM avec les rangs 2 et 4. « Lors des trois dernières courses, KTM a été super fort, en particulier Oliveira. Ces deux dernières courses avaient une particularité, cependant, les pneus étaient assez durs. On verra s’ils peuvent être forts avec des mélanges plus tendres aussi. Je pense que oui », analyse Mir.

Joan Mir termine sur la retentissante victoire de Marc Marquez sur ses terres sur Sachsenring : « il a été particulièrement fort ici tout le week-end, Marc a été le seul à saisir sa chance et à remporter la course. Je suis content pour Marc, il le mérite. Ce parcours est très exigeant physiquement ce qui signifie qu’il est en bonne forme. Il sera certainement aussi fort lors des prochaines courses ». Des KTM qui ne lâcheront pas l’affaire, un Marc Marquez qui revient en forme… Cela fait encore plus d’adversité pour une usine Suzuki qui va devoir se transcender.

MotoGP Allemagne J3 : classement

Crédit classement motogp.com

 



Tous les articles sur les Pilotes : Joan Mir

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar