Aleix Espargaró s’est encore distingué au guidon d’une Aprilia RS-GP aux progrès incontestables dans un Grand Prix d’Allemagne qui était une nouvelle occasion de podium. Son départ depuis la première ligne sur le tourniquet du Sachsenring était en effet une opportunité en or pour enfin briser ce plafond de verre qui empêche la machine de Noale de pointer dans le top 5. Mais si l’exploit du troisième chrono lors des qualifications a rafraîchi une statistique datant de 2000 avec Garry McCoy, le reste est encore à attendre. L’Espagnol explique ce qui lui a manqué sur sa RS-GP pour y arriver, mais aussi ce qu’il n’a pas trouvé en lui à un moment clé de la course…

Encore raté ! Aprilia a de nouveau manqué son top 5, voire un podium qui était envisageable avec son pilote Aleix Espargaró placé sur la première ligne de la grille de départ du Grand Prix d’Allemagne. Mais ça ne l’a pas fait et le drapeau à damier du Sachsenring a salué la RS-GP au septième rang. L’Espagnol explique le moment clé où tout a basculé : « quand il a commencé à pleuvoir je n’ai pas été aussi courageux que Marc Marquez, j’ai perdu la moto et j’ai décidé de freiner un peu. J’ai perdu trop d’options à ce moment-là car Marc s’est échappé ».

Il rappelle aussi : « j’avais chuté lors du warm-up, j’étais concentré pour ne pas faire d’erreur. Je n’avais aucune traction pour suivre mes rivaux au milieu des courbes. Chaque fois que je suis derrière quelqu’un, je le vois clairement, il a plus de traction que moi. Je risque partout de me rattraper, mais cela me prend trop de temps à la limite et honnêtement, c’est frustrant. J’en attendais plus ».

« Je pouvais assez bien suivre Marc, mais en traction en sortie de virage j’ai eu beaucoup de problèmes » continue d’analyser le seul fer de lance d’Aprilia. « Surtout dans les virages que j’appellerais neutres, où vous êtes en partie sur l’accélérateur, il semble presque que les autres aient une autre aide électronique. J’ai l’impression de lutter constamment. Je sais que c’est le MotoGP et que je dois repousser mes limites à chaque fois que je monte sur la moto, mais pas autant. Le stress est trop important et je ne peux pas me battre comme ça pendant toute la course ».

Aleix Espargaró : “ce n’était pas que quelques gouttes d’eau, c’était de la pluie”

« Mon problème, c’est que je ne suis jamais assez content, si on veut appeler ça un problème. Je demande toujours plus à la moto, mais la réalité est que si nous regardons où nous en étions en 2020, nous avons certainement fait un grand pas en avant et pas seulement sur une piste ou juste en qualifications, mais partout et en toutes circonstances » souligne l’Espagnol. « Cela me rend très heureux, car cela signifie que nous n’arriverons peut-être jamais à une piste où nous dominons, mais c’est sûr que nous pouvons faire de bonnes courses partout. La prochaine course sera fondamentale. Assen sera un défi avec ses changements de direction dans les virages rapides ».

Aleix Espargaró termine sur l’exploit de Marc Marquez qui a illuminé cette huitième manche du championnat : « un grand respect pour Marc, je ne m’attendais pas à le voir gagner. Il a été courageux quand il s’est mis à pleuvoir, j’en ai parlé après la course avec lui et Fabio et nous sommes tous d’accord, ce n’était pas que quelques gouttes d’eau, c’était de la pluie. La piste était glissante et assez glissante. Marc a fait la différence à ce moment-là et je ne peux que le féliciter car il est toujours très rapide ici. Pour gagner avec un avantage en MotoGP aujourd’hui, il faut être fort et il l’a fait dans une course difficile ».

Aleix Espargaró

MotoGP Allemagne J3 : classement

Crédit classement motogp.com

 



Tous les articles sur les Pilotes : Aleix Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini