Le championnat WSBK va lancer sa saison en Aragon ce week-end et Jorge Lorenzo a décidé de s’y inviter en mettant un peu d’ambiance à distance. Le quintuple Champion du Monde en Grand Prix et triple couronné en MotoGP dit ainsi ce qu’il pense de cette catégorie en expliquant, surtout, pourquoi elle ne l’a jamais tenté. Son approche a une certaine logique mais rien n‘est moins certain qu’elle plaise à toute le monde…

La moto a la chance d’avoir deux championnats d’envergure internationale sur piste. Il s’agit du MotoGP et du WSBK. Autrefois, il se regardait en chiens de faïence pour avoir la suprématie. Aujourd’hui, ils ont le même promoteur : Dorna. Du coup, chacun joue dans sa cour pour une œuvre commune. Cependant, le paddock est différent, comme la réglementation technique. Pour faire court, le MotoGP est le monde des prototypes tandis le WSBK est le terrain de jeu des modèles issus de la série.

Partant de là, il arrive lors de tests que des WSBK fassent la nique à des MotoGP tandis que les pilotes du WSBK ont connu des carrières honorables en Grand Prix. Rares sont ceux qui ont fait l’autre chemin, mais les derniers exemples de Bautista et de Redding montrent que ce n’est pas si facile, en attendant le bilan 2021 de Tito Rabat

Et si Jorge Lorenzo s’était mêlé à la plèbe du Superbike ? Eh bien, on ne le saura jamais et même du temps de son activité, on ne l’aurait jamais su. Car Por Fuera a une idée bien arrêtée sur le sujet. Il dit ainsi sur Moto.it : « je vais vous faire un parallèle : quand on a piloté une Ferrari ou une Lamborghini, il est difficile de descendre en gamme. Quand on a piloté ce qui se fait de mieux, soit la Formule 1 des motos, le Superbike vous paraît forcément un peu petit, à tous les niveaux ».

Jorge Lorenzo assume.

Lorenzo sur le WSBK : “il y a les pilotes qui aiment rouler et d’autres qui aiment gagner”

Après cette approche directe, il se veut plus nuancé sur son évaluation du WSBK : « c’est un championnat différent, il a ses forces et ses intérêts, comme les courses avec des motos de route, ou le fait que le paddock soit plus familier. Mais le MotoGP est le meilleur. Quand on y est devenu trois fois champion du monde, on y a vécu une carrière de dix-huit ans, on ne prendra pas le risque de se casser la colonne vertébrale en allant en Superbike… ».

Il termine : « finalement, il y a des pilotes qui aiment faire de la moto, pour le plaisir de rouler, et d’autres qui le font pour le plaisir de gagner. Je fais partie de cette deuxième catégorie, et je le fais pour la meilleure chose que j’ai trouvée à faire dans la vie, c’est de piloter une moto ! ». Le « petit » championnat WorldSBK commencera quand même sa saison ce week-end…



Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo