Le jet du gant et les mots forts d’un Andrea Dovizioso excédé dans son box Ducati par la tournure des événements de la Q1 du Grand Prix d’Aragon a révélé au grand jour toute la tension et les difficultés relationnelles qui règnent chez les tuniques rouges depuis toujours. Cette saison 2020 pouvait être celle de la concrétion, avec un Marc Marquez forfait qui laissait le champ libre. Au lieu de ça, ce sera le millésime de la rupture exacerbée par un nouvel échec. Il faudra rendre des comptes. Et Andrea Dovizioso connaît suffisamment bien ses futurs ex-employeurs pour commencer à se prémunir des critiques à venir…

Des critiques qui commencent déjà à poindre si l’on en juge par les dernières sorties du pilote d’essai Michele Pirro et de l’ingénieur Davide Barana. A les écouter, le coup de la mauvaise adaptation de la Desmosedici aux nouveaux pneus Michelin a ses limites. D’ailleurs récemment démontrées par Johann Zarco lors du dernier Grand Prix ce Teruel. Un week-end au cours duquel le Français a tenu à lui seul et à bout de bras l’usine Ducati avec sa GP19 bien placée lors des qualifications et dans le top 5 de l’arrivée d’une course où il s’est défendu pour un podium.

Mathématiquement, Andrea Dovizioso est encore en lice pour le titre mondial à trois échéances du but, dont deux sur le même tracé de Valence. Mais le cœur y-est-il encore ? On semble plus en être à préparer ses règlements de compte chez Ducati, qu’à organiser l’union sacrée pour jouer les dernières chances de concrétiser un championnat du monde …

Direction Valence en ordre dispersé en comptant sur la fortune

« Nous n’allons pas à Valence en nous disant :” Allez, nous allons essayer jusqu’à la fin, peut-être que nous y arriverons. ” Ce n’est pas la situation. Mais nous essayons d’être calmes. Une semaine à la maison est positive, pour que vous puissiez laisser un peu ce mauvais sentiment derrière vous. Et puis nous verrons » commente Andrea Dovizioso.

On s’en remet donc à la fortune. Et au ciel : « après tout, ce sera en novembre et nous arriverons sur deux circuits où tout peut arriver, également en ce qui concerne la météo. Vous ne savez pas ce qui peut se passer à Valence » ajoute Dovizioso. Mais celui qui semble se diriger vers le poste de pilote test Yamaha en 2021 aimerait que les choses soient claires lorsque l’heure des bilans sonnera : « d’une part, la situation actuelle est vraiment mauvaise car vous sentez que vous n’avez pas de carte dans votre main que vous pouvez jouer. C’est la vérité. Parce que je ne suis pas quelqu’un qui s’est trompé ». A bon entendeur…

 



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Dovizioso

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team