Andrea Iannone est confiné à la maison en attendant non seulement sa libération de la part du coronavirus, mais aussi un éclaircissement sur sa situation sportive, suspendue à une décision d’un tribunal. Ce dernier doit, en effet, toujours statuer sur le cas d’un contrôle antidopage positif. De quoi gamberger et il a déjà dévoilé un nouvel état d’esprit. Il échange aussi sur le réseau social avec quelques personnalités, ainsi avec Max Biaggi, auquel il a fait quelques confidences…

Andrea Iannone deviendrait-il nostalgique en plus de présenter des signes inquiétants de sagesse ? Le confinement le replie progressivement sur lui-même, lui donnant un aspect inédit. Il a échangé avec Max Biaggi sur la situation en revenant sur son parcours professionnel. Et l’officiel Aprilia a fait un aveu lourd de sens sur sa position actuelle… « Avec le recul, si je devais changer quelque chose, je dois dire que je ne me serais pas éloigné de Ducati. »

Voilà qui fera plaisir à Carlo Pernat qui a fait des pieds et des mains pour qu’il reste dans le giron de l’usine de Borgo Panigale. Et on précisera que c’est elle qui n’a pas gardé son pilote, plus que lui a choisi de quitter les lieux… Mais la nostalgie et le mea-culpa floute parfois la mémoire : « quand j’ai quitté Ducati, je venais de deux saisons très positives et d’une moto qui avait des accélérations et des freins effrayants, tout en luttant pour entrer dans les virages » se souvient-il.

« Dans la Suzuki, j’avais trouvé une moto aux caractéristiques opposées. Aujourd’hui, en MotoGP, vous devez profiter du pneu avant lors du freinage, sinon les temps ne viennent pas, vous pouvez également perdre 2 ou 3 dixièmes au freinage si vous misez tout sur la courbe. Vous avez donc besoin d’une moto qui freine fort et qui a de la traction » poursuit l’équipier d’Aleix Espargaró.

Après s’être montré plus que dubitatif sur une éventuelle reconversion en WSBK, Andrea Iannone a avoué au Corsaire celui qui était son idole de jeunesse : « c’était mon frère Angelo qui était un « biaggista ». Mon idole était Rossi, j’avais 7 ans quand Vale a remporté son premier championnat du monde en 125 et j’étais fasciné par lui et ses gags. »

Il termine enfin au sujet d’une Yamaha 500 que Max Biaggi a auprès de lui : « bien sûr que j’aimerais l’essayer… Mais je sais déjà que Max ne me laisserait jamais la prendre… »  Surtout en se déclarant plus fan de Rossi que de lui !

 

 

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Iannone

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini