Andrea Iannone a dû mettre un terme à sa carrière de pilote pour une sombre histoire de dopage qui s’est avérée néanmoins suffisamment crédible à la FIM pour qu’elle le suspende pour quelques années. Une triste affaire aux lourdes conséquences pour celui qui a toujours une vie sociale animée et qui a ouvert quelques restaurants. Mais la moto reste la raison d’être de « Joe le Maniac » qui est allé traîner ses guêtres du côté de Misano lors du week-end du Grand Prix de Saint Marin. L’occasion pour lui de constater qu’il a toujours en lui le feu sacré du MotoGP…

Andrea Iannone s’est construit au travers d’une compétition moto dont on le prive actuellement à cause d’une sanction qui n’est autre qu’un brutal bannissement. Mais s’il ne peut plus rouler dans une compétition organisée par la FIM, il peut tout de même rendre visite à un paddock qui était son milieu naturel jusqu’à cette histoire de dopage. Ancien pilote Ducati et Aprilia, il a apprécié l’expédition, et notamment chez son ancien employeur de Noale, qui l’a soutenu jusqu’au dernier moment dans sa procédure disciplinaire, jusqu’à en être une des conséquences collatérales…

Iannone a déclaré sur ses anciens camarades de jeu : « je suis vraiment content pour Aprilia » a commenté Joe le Maniac sur Sky. « Après la période difficile qu’ils ont dû traverser, en partie à cause de la difficulté de revenir en MotoGP, et en partie à cause de mon histoire, ils vivent un moment positif. Ici avec eux je me sens toujours comme une famille, je vais bien ».

Andrea Iannone

Andrea Iannone : “avant d’aller dormir et quand je me réveille, je pense toujours à ça”

Il va bien dit-il, mais tout de même, il y a un manque cruel qu’il ne peut nier ni combler : «il reste un an et demi avant la fin de la disqualification » dit-il, avouant ainsi qu’il compte presque les jours. « Le feu en moi est toujours là. Avant d’aller dormir et quand je me réveille, je pense toujours à ça, aux motos et aux courses, je pense que c’est ma vie. Mais ça ne sert à rien de trop y penser, sinon tu te sens mal… ». Mais il ajoute : « dès que je peux, je fais de la moto. Je suis aussi venu rouler ici à Misano. Et je suis aussi allé vite… ». Une évaluation subjective mais qui en dit long sur l’état d’esprit d’un Iannone qui a encore 18 mois pour ruminer en regardant les MotoGP depuis son canapé.

Andrea Iannone




Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Iannone

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini