La grande histoire des Grands Prix moto ne peut se faire que par les petites façonnées par des hommes incontournables et qui tombent pourtant dans l’oubli. Heureusement, il y a les livres qui permettent de tout remettre en perspective. Voici le parcours d’un homme sans qui un autre n’aurait pu faire le sien jusqu’à devenir une légende vivante. Car sans Ivano Beggio, il n’y aurait pas eu de Valentino Rossi…

En 1996, Valentino Rossi a commencé sa carrière dans le championnat du monde 125 avec Aprilia. Dans son autobiographie posthume, le propriétaire de la maison de Noale d’alors raconte les débuts de ce garçon qui deviendra plus tard neuf fois champion du monde.

L’autobiographie d’Ivano Beggio , réalisée avant sa mort en 2018, est disponible, une œuvre qui retrace l’histoire d’Aprilia et de son mécène, avec de nombreuses anecdotes. Aprilia était en fait un terreau fertile pour des pilotes de talent, surtout Valentino Rossi, mais n’oublions pas que des personnages comme Max Biaggi, Tetsuya Harada et Loris Capirossi sont passés par le département course de Noale.  Beggio raconte l’arrivée de Rossi en Grand Prix et du premier contrat signé, c’était en 1996. Le chapitre est intitulé “Le cyclone Valentino” et raconte:

L’ensemble du combat autour de Biaggi a éclipsé les débuts de Valentino Rossi, qui a terminé neuvième du championnat et a remporté sa première course à Brno. Rossi a été envoyé à mon bureau par Pernat qui le considérait comme un jeune homme prometteur mais en réalité nous le considérions avant tout comme le fils de Graziano, un talent italien notable des 250 et 500. Graziano nous a également aidé à développer notre 125. Qui aurait imaginé que le garçon à qui nous avons fait son premier contrat de 15 500 euros, celui de Biaggi était d’environ 1 million d’euros, aurait été celui destiné à devenir l’un des plus grands comme Giacomo Agostini ?”

Beggio raconte ensuite le personnage de Valentino : « quand je vois Rossi courir aujourd’hui, mes pensées vont inévitablement à cette période extrêmement heureuse. J’ai un souvenir extraordinaire de lui. Autour de lui, il y avait toujours de la joie et de la spontanéité, et je ne me souviens d’aucun désaccord, ni d’aucun moment de mauvaise humeur avec l’équipe. Avec sa cour d’amis, il pouvait alléger et minimiser toute situation. Le voir m’a toujours donné beaucoup d’énergie ».

Valentino Rossi reconnaissant

Ivano Beggio a donc été essentiel dans la carrière de Valentino Rossi. Et ce dernier le reconnait volontiers : « la signature du contrat de trois ans avec Aprilia, pour être pilote officiel 125 et 250, représentait un rêve pour moi. Ivano Beggio était un homme très raffiné et élégant, toujours flanqué de sa femme légendaire Tina, mais la meilleure définition pour lui est sans aucun doute celle du leader. Il était le chef incontesté de toute l’entreprise ».

Le Doctor poursuit ensuite : « je me souviens de ces premières années en Grand Prix comme très formatrices, travaillant aux côtés de personnages tels que Noccioli et Brazzi. Je pense que Beggio s’est aussi beaucoup amusé. Lorsque nous avons remporté le titre 250 au Brésil, c’était mémorable, nous l’avons jeté tout habillé dans la piscine ».

« Lorsque j’ai signé le nouveau contrat en 1999, je lui ai dit que mon ambition était d’arriver à 500 où j’avais déjà un accord avec Honda, mais seulement si j’avais remporté le titre en 250. Il a compris et a répondu qu’il aurait attendu sans problème jusqu’à la fin de la saison et que nous aurions alors décidé de prolonger ou non. Cette disponibilité m’a permis d’échapper aux incertitudes sur l’avenir et je lui ai toujours été reconnaissant ».



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini