C’est un Jack Miller qui, contre vents et marées, a bien mené sa barque Ducati dans un samedi du Grand Prix d’Aragon qui ne l’a pas ménagé en chausse-trappes et autres frustrations. Cependant, l’Australien en a pris son parti depuis qu’il sait qu’il doit composer avec la malchance qui ne le lâche plus. S’il s’est montré agacé par le sort que le tapis vert lui a réservé au terme de la FP3, il est resté lucide lors d’une procédure de qualifications abordée depuis la Q1. Le voilà heureux cinquième d’un clan Ducati qui a comme implosé en même temps qu’Andrea Dovizioso a explosé…

Jack Miller a fait du bon travail en Aragon ce samedi en s’inscrivant sur le cinquième plot de la grille de départ. Une performance qui était loin d’être évidente au vu de l’entame de ce dixième rendez-vous de la saison qui avait relégué six Desmosedici en Q1… Des repêchages que l’Australien pensait avoir évité lors de la FP3, mais son meilleur temps a été annulé en raison des drapeaux jaunes. Une correction qui est tardivement arrivé, ce qui a eu le don d’agacer le pilote Pramac…

« J’étais contrarié qu’il ait fallu 15 minutes pour obtenir la sentence », a-t-il déclaré. « Je suis satisfait du résultat d’aujourd’hui » ajoute-t-il aussitôt. « Même si j’ai été empêché par la règle du drapeau jaune en FP3 le matin, la vie continue. En FP4, nous avons fait un peu de progrès avec le réglage, mais dans la course de demain, nous devons travailler encore plus dur ».

La gestion du pneu arrière sera un défi

Pour la course de dimanche, le pilote Pramac Racing souhaiterait plus de confiance dans le pneu avant. « Surtout dans le premier secteur jusqu’au virage 5 », dit-il. « Je glisse et je suis sûr qu’avec un meilleur sentiment, nous pourrions être beaucoup plus rapide ». Le vent en Aragon est également un problème pour les pilotes de MotoGP.

Reste que si Miller s’est agacé en FP3, c’est surtout la colère d’Andrea Dovizioso contre son l’équipe d’usine Ducati au terme de la Q1 qui a marqué les esprits. Le troisième place du classement général du Championnat du Monde 2020 qui peut donc encore remporter le titre a totalement été ignoré par un employeur qu’il quittera à la fin de cette année. Sur cette situation sensible, l’Australien a commenté, sibyllin : « c’est dommage pour lui, mais l’équipe ne peut pas non plus l’aider »…

Ce dimanche, il y aura quatre marques différentes sur les deux premières rangées. Miller a du mal à prédire sa course. « J’ai fait beaucoup de tours ce week-end, mais le froid ici rend difficile le fait de ne pas détruire immédiatement les pneus, en particulier les pneus arrière. Ce sera le plus grand défi ici ». Après neuf Grands Prix, Jack Miller est septième du championnat du monde avec 75 points.

MotoGP Aragon-1 J2 : qualifications

 



Tous les articles sur les Pilotes : Jack Miller

Tous les articles sur les Teams : Alma Pramac