En ce dimanche 18 octobre, Johann Zarco a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit de Motorland Aragón au terme du Grand Prix d’Aragon MotoGP.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote français.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Johann Zarco sans la moindre mise en forme, même si la première partie est traduite de l’anglais (vouvoiement).


Johann Zarco : « Une bonne course aujourd’hui ! Une bonne journée car j’ai fait un beau top 10 et j’avais un bon rythme durant la course. Je me suis presque battu pour la septième place et j’ai beaucoup apprécié car j’avais beaucoup plus de contrôle que par rapport à quasiment toutes les courses précédentes. Être assez fort au freinage pour bien contrôler la moto est vraiment ce qui me manquait sur le sec. Comme je l’ai dit à maintes reprises, j’ai certains avantages dans les virages que je ne peux pas utiliser quand je pars de trop loin, mais là j’étais très loin et j’ai pu contrôler ces avantages et gérer la moto d’une façon différente. Et avec les bonnes températures, cela a bien fonctionné, donc je suis très content de ça. Je pense que j’ai également appris beaucoup de choses et j’espère que cela sera utile pour la semaine prochaine. Donc je suis très heureux ! Je ne me sentais pas bien samedi à cause de la perte de confiance et sans vraiment savoir comment retrouver le feeling, mais finalement avec de bonnes conditions et une bonne concentration avant la course, j’ai obtenu mieux que ce que je pouvais espérer. Donc très heureux ! »

Jusqu’à quel point pensez-vous pouvoir progresser avec la Ducati la semaine prochaine ?

« La Ducati n’est pas clairement dans la zone de performance qu’elle pourrait avoir, mais nous ne terminons pas si loin. Cela implique que si nous trouvons quelques améliorations, alors nous pourrons vraiment apprécier la course est appréciée bonne position dans le top 5. La semaine prochaine, il fera froid le matin mais un peu mieux l’après-midi. Aujourd’hui, c’était parfait : Pas de vent et je crois qu’il faisait 30° sur la piste. Vous le sentez immédiatement sur la moto car tout fonctionne mieux, et vous pouvez alors piloter d’une façon que je qualifierai de normale. Mais pour moi, cette façon normale de piloter, j’en ai besoin. La semaine prochaine, si nous avons les mêmes conditions, je ne m’attends pas à ce que tout le monde fasse la course en 48. On ne sait jamais, mais si les Ducati font souvent des petits 49, alors je pense que l’on pourra rester avec le top 5. »

Qu’est-ce que tu contrôlais mieux sur ta moto avec ces températures plus élevées ?

« Surtout l’avant. Tu sens que ça tenait, donc tu peux te relâcher en virage et une fois que tu te relâches la moto se dirige beaucoup mieux, alors que quand tu passes le virage un peu crispé, tu crées des problèmes. Et quand il fait froid ou qu’il n’y a pas la bonne température, si tu te décrispes, tu tombes. C’est ça qui me bloquait. Là, en course, j’ai pu me battre, et vu cet avantage au freinage, franchement, je n’étais pas mal du tout. Et quand tu contrôles ça, tu commences à prendre du plaisir. »

Comment vois-tu le weekend prochain ? Peut-on espérer des conditions meilleures ?

« Une semaine plus tard, je ne pense pas que les conditions soient meilleures le matin : Quand on se lève avec Jérôme, on se met sur le balcon, et quand on sort on dirait qu’on est en route pour aller chercher nos forfaits et faire un peu de ski (rires). C’est vraiment des fraîcheurs de montagne… »

Mais apparemment, le froid qu’il y avait ce weekend était un peu exceptionnel…

« Aucune idée. Comme on a bien roulé sur cette course, peut-être qu’on ne fera pas la FP1 et la FP3 : On ne fera que la FP2 et la FP4 (rires) ! »

Comment allait ton cou ?

« Déjà, hier après-midi, beaucoup mieux, mais j’avais toujours de bonnes courbatures ce matin en me réveillant, car j’ai vraiment taper la tête en faisant un piquer dans les graviers. Mais là ça va. C’était vraiment des grosses courbatures et c’était très sensible ici (voir photo), mais Jérôme a su régler ça. Donc non, je suis vraiment content ! Ça fait du bien car je crois que je n’ai jamais fait une aussi belle course ici à Aragon en MotoGP. Parce que même sur la Yamaha, je crois que je n’ai jamais terminé à neuf secondes du premier : Il y a eu du bon rythme ! »

On voit que le virus progresse. Tu vas rentrer chez toi ou tu restes sur le circuit ?

« J’ai toujours un appartement à 30 km d’ici, donc je n’ai pas prévu de rentrer. Il y a quand même 700 km, donc même si je suis capable de les faire en cinq heures, je n’ai pas envie (rires). »

Classement du Grand Prix d’Aragón MotoGP:

Crédit et classement : MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : Avintia Racing